La vie commence à 20h10 – Thomas Raphaël

Les vacances. Ce moment où la vie semble s’arrêter. Les habitudes sont oubliées. Les grasses mat’ et autres siestes rythment le quotidien. Les balades se font régulières. Si le soleil est là, c’est parfait. S’il se cache et que la pluie tombe, lecture, broderie, films sont au rendez-vous.

Début mai, et pendant 2 semaines donc, nous sommes partis à Bordeaux puis dans les Landes avec mon chéri. 10 jours dans les Landes. La plage. Les balades. Les rollers. Le surf. Tout était parfait !

Et encore plus parfait si je vous avoue que les parents de mon chéri étant sur place (vive la maison familiale), nous n’avons pas eu à gérer les courses, la préparation des repas, la vaisselle … Bref, du pur bonheur.

Cependant, ce bonheur avait un prix. Chaque soir à 20h05, il fallait se taire ! Et pourquoi donc ? Pour suivre « Plus belle la vie » voyons !!

« Plus belle la vie » et moi ça fait … plus que 2. J’avais regardé 5 minutes au tout début de la diffusion mais je m’étais arrêtée là. Pas le genre de programmes qui m’intéresse. Et pourtant, la mère de mon copain suit ! Donc chaque soir, après le dîner, on s’est installés dans le canap’ et on a « suivi ». Ce programme étant vraiment loin de nos habitudes, nous avons eu beaucoup de mal à garder notre sérieux, et je dois avouer, que j’ai souvent déserté le canap’ après dîner.

Et pourtant … cela m’a inspiré une lecture !! Il y a quelques semaines, j’étais tombée sur le livre « La vie commence à 20h10 » de Thomas Raphaël qui, comme je le pressentais, s’inspirait de ce genre de feuilleton.

raphael_la_vie_commence_a_20_10

C’est donc avec beaucoup de curiosité et sans grande attente particulière que j’ai commencé à lire le livre.

 L’histoire

Sophie, 30 ans, prépare sa thèse. Quand tout semble s’écrouler pour elle, elle rejoint « La vie, la vraie » qui rassemble chaque soir des millions de téléspectateurs. Elle doit alors gérer Joyce, la responsable du programme sans scrupules, Marc, son conjoint, qui ignore tout de la situation, sa mère, qui supervise sans « réel intérêt » sa thèse … Le jour où Sophie doit gérer une des plus grosses crises du programme, sa vie s’accélère. Sophie se retrouve petit à petit face aux conséquences de ses mensonges et de ses choix sacrifiant de plus en plus ses envies.

Mon avis 

J’ai très vite été embarquée dans le roman. Et j’ai eu du mal à le quitter, je dois bien l’avouer. Le résumé, si vous le lisez, vous présente la « situation de crise » que Sophie doit gérer. Je m’attendais donc à entrer dans le vif du sujet sitôt le livre commencé. Mais non ! Cette situation est venue bien après le début ! De quoi piquer ma curiosité et mon impatience à voir ce passage arriver.

L’auteur a pris le temps de bien poser la situation, les personnages, le contexte, les attentes, les faiblesses, les défauts. Si bien que lorsque Sophie a commencé sa « nouvelle vie », j’ai pu ressentir une réelle empathie pour le personnage. Ce laps de temps m’a permis de bien être posée dans le bouquin au moment où tout s’accélérait. Une technique que j’ai particulièrement appréciée !

Le reflet du quotidien

Souvent dans les livres, je suis « déçue » de la représentation du quotidien, notamment du monde du travail. Les personnages ont soit une vie idyllique, soit une approche de la vie qui est (trop ?) éloignée de la réalité. Dans « La vie commence à 20h10 », j’ai trouvé que le reflet du monde du travail était très juste. Les situations sont celles que l’on peut vivre au quotidien, de même que les objectifs, les réunions, les collègues … C’est un point très positif pour moi.

Alors oui, ce bouquin est sensé évoquer la « vie quotidienne d’une personne travaillant à la télé, pour l’un des programmes les plus regardés ». Mais justement, ma curiosité s’interrogeait, au début, de savoir comment cela avait été retranscrit par l’auteur.

Prada / Louboutin : même combat !

Quand le personnage de Joyce, « la boss », est arrivé dans le bouquin, j’ai très vite fait le parallèle avec le film « Le Diable s’habille en Prada ». Film que j’adore ! Une boss tyrannique et sans scrupule qui « utilise » les gens qui travaillent pour elle, qui souhaite être la meilleure, qui ne montre pas ses faiblesses, faiblesses que l’auteur finit tout de même par nous dévoiler … L’une s’habille en Prada. L’autre chausse ses Louboutin avant chaque réunion. Dans les deux cas, le personnage « principal » (la « petite salariée ») en vient à sacrifier ses envies, et sa vie personnelle pour essayer de satisfaire la prêtresse qui est devant elle et qui finira, peut être par lui adresser un sourire et la féliciter.

A tous ceux qui ont lu le livre, n’hésitez pas à me faire part de votre ressenti, car je me demande si cette « inspiration » est réelle ou si ce n’est que le fruit de mon imagination.

Ce livre a été pour moi une agréable découverte et je vous le recommande, que vous soyez fan ou non des programmes genre « Plus belle la vie ». C’est frais, agréable, comique à certains moments, plus dramatiques à d’autres, mais avec ce qu’il faut de suspense pour avoir envie de découvrir la fin du roman le plus rapidement possible.

Pour plus d’infos, n’hésitez pas à découvrir le site de l’auteur : http://thomasraphael.fr/

One thought on “La vie commence à 20h10 – Thomas Raphaël

Laisser un commentaire