Le gardien de phare – Camilla Lackberg

L’année dernière, j’ai découvert Camilla Lackberg et sa série Erica Falck.

Plusieurs raisons ont conduit la « romance addict » et « l’allergique aux polars » que je suis à « sauter le pas » :

1/ A travers la saga Millenium de Stieg Larsson, j’ai eu un coup de cœur pour les éditions Actes Sud (à la base, ce sont mes collègues qui m’avaient convaincus de lire Millenium).

2/ Mon papa étant un lecteur de polar, j’avais sélectionné la saga Erica Falck pour lui conseiller.

3/ Les critiques : de ce que j’en entendais, la saga de Camilla Lackberg était devenue incontournable.

4/ Le goût du risque : depuis que j’ai mon kindle, mon profil de lectrice a changé. J’ai désormais l’impression de prendre moins de risque en lisant un livre « numérique » même si le genre ne me correspond pas tout à fait.

J’ai donc lu le tome 1. Puis le 2. Et le 3. Le 4. Le 5. Le 6.
En moins de 2 ou 3 semaines, la saga entière y était passée. Dire que j’ai dévoré la saga serait donc un doux euphémisme.

Et puis, ne nous y trompons pas ! Ce livre est peut-être un policier mais il y a quand même une histoire d’amour … et cela ne doit pas être étranger au fait que j’ai aimé l’histoire « globale » :D.

Quel plaisir donc de suivre à nouveau les aventures d’Erica, de Patrick, de Mellberg, d’Anita …

Lackberg_t7_le_gardien_de_phare

L’histoire

A la fin de la Sirène, on avait laissé Patrick dans une ambulance suite à un malaise cardiaque. On avait également du « abandonner » Erica et Anna alors qu’une collision avec une autre voiture venait d’arriver. (je spoile pas, c’est écrit dans les résumés ^^)

Plusieurs semaines se sont écoulées.
Patrick reprend le travail et rejoint son équipe pour une nouvelle enquête qui semble aller droit dans le mur.
Pendant ce temps, Erica s’occupe de ses jumeaux, soutient Anna dans une nouvelle épreuve et reprend ses recherches en s’intéressant à l’île de Gräskar où une légende veut que les esprits des personnes mortes sur l’île n’aient jamais vraiment quitté l’île.

Flashback

Pour bien me remettre dans l’histoire et me souvenir de tous les détails, j’ai commencé le tome 7 en … relisant le dernier chapitre du tome 6 !

En effet, le résumé du « Gardien de Phare » faisait référence aux accidents plaçant les séquelles des personnages au cœur du contexte de la nouvelle histoire.

Et ma mémoire me faisant un peu défaut quant aux détails, j’ai choisi de me replonger dans l’histoire. Cela n’aurait peut être pas été totalement nécessaire puisque Camilla Lackberg nous redonne les grandes lignes des événements dans le tome 7 mais cette « relecture » m’a remis dans l’ambiance de la saga !

Priorité aux personnages

J’ai souvenir que dans les autres tomes, l’événement qui déclenchait l’enquête (comprenez : le meurtre ou la découvert du mort) ait lieu dès le premier chapitre, voire dès les premières lignes du livre.

Dans ce nouveau tome ce n’est pas le cas. Les premiers chapitres sont consacrés à la découverte des personnages et du contexte.

J’ai apprécié de pouvoir me remettre doucement dans les émotions du livre avec notamment les faits suite aux différents accidents.

Cependant, et je dois le reconnaître, même si elle ne faisait que relater des faits et des situations, Camilla Lackberg a réussi à imposer suspense, questionnement et envie de lire.

Et tout le bouquin continue de même. Plusieurs personnages, plusieurs situations. Connaissant le style de Camilla Lackberg, on se doute que chaque personnage a un lien avec l’enquête, encore faut-il deviner lequel !

Je trouve que le fait de commencer ce livre par les descriptions des différents personnages donne un nouveau sens au bouquin. En effet, on apprend à connaître les personnages, à cerner leur environnement, à explorer le contexte … sans vraiment savoir qui va être la « victime ». Et oui car même dans le résumé du livre que l’on trouve sur le net, il n’est jamais question de révéler l’identité de la victime.

Le lecteur entame donc sa lecture en apprenant à connaître l’ensemble des personnages en gardant à l’esprit que chacun pourrait être la prochaine victime … Un style qui, selon moi, change des précédents tomes mais qui n’est pas pour me déplaire.

Par ce procédé, j’ai eu l’impression que l’objectif de Camilla Lackberg était de centrer l’histoire sur la reconstruction d’Anna et le rôle d’Erica vis à vis de sa sœur. Je dirai donc que le livre est plus tourné sur les relations humaines, le ressenti face à la vie, l’évolution et le quotidien des personnages. Comme si l’accident qui était arrivé devait permettre aux personnages de renforcer leurs liens et leur bonheur d’être en vie malgré le « quotidien » (la mort) qui continue comme en témoigne le meurtre et l’enquête.

Enquête, soupçons et suspense

Au fil des livres de la saga Erica Falck j’ai « appris » la façon dont les histoires de Camilla Lackberg étaient construites. J’ai compris que les différents personnages n’étaient jamais vraiment étrangers les uns aux autres. Et pourtant … j’ai essayé de comprendre le schéma, essayé de résoudre l’énigme avant les autres … rien n’y fait ! Je tombe toujours dans les pièges et finit par attendre, avec beaucoup d’impatience la solution. Solution qui arrive rarement avant le dernier chapitre, voire les dernières pages.

Et le Gardien de Phare ne fait pas exception à la règle.

Une succession d’événements, de faits, de pensées, d’espoirs, de questions, de suspense, de révélations et de retournements de situations.

Camilla Lackberg a le don de faire intervenir certaines situations et événements sans qu’on puisse les prédire. Sans que l’on puisse ne serait-ce que les imaginer.
Ainsi au suspense se mêle un sentiment de surprise qui laisse bouche bée mais qui renforce l’envie de connaître la vérité.

Mon avis

Encore une fois la plume, le talent et la créativité de Camilla Lackberg ont eu raison de mon cerveau !

J’ai passé de longues minutes à réfléchir pendant ma lecture, à analyser, à essayer de comprendre … en vain.

A travers cette saga, j’apprends à apprécier le suspense et la réflexion (due à l’intrigue policière) qui manque parfois aux romances. Soyons honnête … dans les romances on ne peut pas vraiment dire que la fin n’est pas connue dès le premier chapitre (voire dès le résumé ^^). Ce qui importe surtout, pour moi, c’est de connaître le cheminement et l’évolution « psychologique » des personnages pour les mener au bonheur, les thèmes abordés, la ressemblance et l’identification que l’on peut ressentir face aux personnages.

Bref ! Grâce à Camilla Lackberg, je me surprends à aimer les livres policiers … du moment qu’une histoire d’amour existe en « arrière-plan ».

One thought on “Le gardien de phare – Camilla Lackberg

Laisser un commentaire