Joséphine – Pénélope Bagieu

Pendant longtemps, le prénom « Joséphine » me renvoyait à des souvenirs d’enfance. Au prénom de la tortue de mon arrière grand-mère plus exactement. Puis, au cours de mon innocente adolescence et de ma découverte de la télévision, il me rappelait « Mimie Mathy » et ce formidable ange gardien qu’elle était (bref, un moment à oublier ça !).

Depuis quelques jours, Joséphine évoque pour moi … Pénélope Bagieu !

Bagieu_Josephine_1 Bagieu_Josephine_2 Bagieu_Josephine_3

La fille qui débarque

Alors oui, vous me direz, Pénélope Bagieu et Joséphine c’est connu depuis longtemps, bouuh mais pourquoi maintenant mais … raaaaah chut ! Laissez-moi donc vous expliquer :).

Forcément Pénélope Bagieu j’en avais déjà pas mal entendu parler en trainant sur le net, mais je ne sais pas si je m’étais déjà arrêtée sur son site et ses dessins. Le fait est qu’il y a quelques semaines quand j’ai vu l’affiche pour le film « Joséphine », je n’ai pas beaucoup hésité avant d’aller dans une salle obscure.

Alors oui, j’aime beaucoup Marilou Berry, l’affiche était sympa, la bande annonce donnait envie … et sans connaître plus que ça la BD, je suis allée voir le film. Et soyons honnête, j’ai adoré !

J’avais lu quelques commentaires par la suite, notamment sur le fait que les fans de la BD étaient un peu déçus du film, n’ayant pas lu les BD, je n’avais donc aucune attente de ce côté là. Ce qui m’a peut-être permis d’apprécier autant le film (en plus du talent non négligeable, et je tiens à le répéter, de Marilou Berry).

Et ce qui devait arriver … arriva !

Alors, je ne sais plus comment c’est arriver mais … il y a quelques jours, je remonte à Lille voir mes 2 copines d’école (post-bac), on discute, on rigole, on admire la maison de l’une, on regarde un peu ses lectures et on tombe sur des BD (bon, c’est un raccourci car je ne sais plus vraiment dans quel sens et à quel moment on a vu les BD – je crois même qu’on en a parlé à la suite de Game of Thrones). Bref !

Notre copine nous dit qu’elle adore les BD de Pénélope Bagieu en particulier, et elle commence à nous sortir les différents tomes. On en vient à parler du film. Notre autre copine et moi même ayant vu le film au ciné, on en parle, on lui recommande, en lui disant bien que n’ayant pas lu les BD, on ne pouvait pas lui promettre qu’elle ne serait pas déçue.

Fin de l’histoire – ou presque !

L’après-midi, on se balade à Lille et je retrouve mon vieil ami … Le Furet du Nord !  On entre, on fait quelques pas et là surprise ! Les BD de Pénélope Bagieu (notamment les 3 tomes de Joséphine) en format poche (grande découverte pour moi le format BD Poche) en tête de gondole.

Je regarde, j’ai envie mais je repose. Je suis venue à Lille avec un petit sac et je déménage bientôt. Bref, on verra en octobre !

Je reviens à Paris, je vais voir sur un célèbre site de vente de bouquins en ligne, mais je reste raisonnable … on verra à Bordeaux !

Sauf que voilà … la semaine dernière, ma cousine vient 2 jours à Paris et je ne résiste pas à l’emmener dans une autre grande librairie, avec au fond de moi l’intention de craquer sur les livres de Pénélope Bagieu !

Lors d’un passage en caisse, j’ai donc dégainé ma carte bleue miraculeuse … et les BD de Pénélope Bagieu furent miennes !

Tome 1 : découverte

Dès le lendemain, je découvrais le premier tome.

Il n’y a pas vraiment d’histoires, ce sont vraiment des situations de la vie « presque ordinaire » d’une trentenaire mais dès la première planche, l’alchimie a fonctionné. Peut-être parce que je me suis reconnue direct dans cette nana qui revenait de vacances, et qui n’avait eu aucun appel, aucun autre courrier que des factures. Ou qui revenait au boulot souhaitant fièrement montrer ses traces de bronzage … inexistantes.

En clair, même si Joséphine est une autre, dans certains aspects elle et moi on se ressemble !

Et c’est cette ressemblance et ce choix des situations de la vie quotidienne, cette retranscription de la façon dont on les vit et dont on les assume (ou pas) que les dessins de Pénélope Bagieu m’ont impressionné.

Et alors moi qui ne suis pas une adepte des BD, les pages ont défilé, les situations également, les rires surtout … et l’impression d’être moins seule finalement !

Tome 2 : souvenirs

Happée par le ton du tome 1, j’ai eu du mal à résister au tome 2. Mais sans être trop gourmande, j’ai préféré lire une BD par jour, je n’avais pas envie de lire les 3 BD dans la même après-midi au risque de ne pas les apprécier à leur juste valeur.

Le tome 2 m’a beaucoup plus remise dans l’ambiance du film. J’ai eu l’impression que le film avait notamment été inspiré par les scènes du tome 2. Peut-être qu’il était plus synonyme de « tome de la maturité », du fait que l’on connaissait déjà Joséphine, ses amis, son chat, ses ex. Et ce tome représentait d’autant plus les interrogations et les frustrations d’une jeune trentenaire célibataire dans le style « mes amis, mes amours, mes emmerdes ». Ne soyons pas dupes, on aime voir la nana galérer, pleurer … mais finir par être heureuse !

J’ai aussi eu une impression de scènes plus travaillées, encore plus justes. Si le premier tome m’a donné l’impression d’être une succession de scènes quotidiennes à la sauce Pénélope Bagieu, le tome 2 m’a vraiment donné cette impression de lire une histoire. Et pas uniquement de lire des scènes parfois indépendantes les unes des autres.

Soyons honnête, en moins d’une heure, j’avais dévoré la BD !

Tome 3 : surprise !

Fidèle à mon « engagement personnel », j’ai attendu le lendemain pour commencer le tome 3. Et quel plaisir à nouveau !

Contrairement au tome 2, je n’ai pas du tout ressenti l’ambiance du tome 3 dans le film (oui, dur, dur de ne pas y faire référence). En fait, on était justement dans la suite. On retournait au moment où le film s’était arrêté. On découvrait une Joséphine amoureuse, heureuse et épanouie ! Une Joséphine ayant de nouveaux projets, de nouvelles attentes … et faisant face à de nouvelles situations d’adulte.

J’ai trouvé ce tome encore plus travaillé que les 2 précédents (et heureusement soit dit en passant, c’est cool de voir l’évolution de l’auteur, de ses dessins, de son personnage … tout en gardant le même humour).

Mieux vaut tard que jamais

Alors voilà, j’ai hésité à dire qu’il y a une semaine, je ne connaissais de Pénélope Bagieu que son nom. Mais aujourd’hui, je suis contente d’avoir pris le temps de découvrir son personnage et ses dessins car c’est une très agréable découverte.

Je n’ai jamais été très BD. Je ne sais pas si c’est le fait de payer « cher » pour un livre qui se lit si rapidement (le format poche de la BD – ainsi que son prix – ont fortement agi sur ma décision), d’avoir un livre grand et peu transportable, d’avoir des images et donc de ne pas pouvoir laisser libre court à son imagination … Bref, je ne sais pas !

Ce que je sais en revanche c’est que grâce aux conseils de ma copine qui m’a donné envie de lire les BD rien qu’en voyant les étoiles briller dans ses yeux quand elle en parlait, d’avoir vu et apprécié le film et d’avoir eu un petit coup de pouce du destin (ou des librairies) qui ont mis les tomes devant mes yeux à l’entrée des magasins … j’ai eu la chance de découvrir une dessinatrice aussi talentueuse que proche de la réalité. Et finalement, j’ai aimé la simplicité qui se dégageait des aventures de « sa » Joséphine !

Mon avis

J’ai beaucoup aimé le film « Joséphine ».
J’ai encore pris plus de plaisir à découvrir le travail « BDesque » de Pénélope Bagieu.
Mais je ne peux pas être sûre que je n’aurais pas été déçue par le film si j’avais lu les BD avant.
Je n’avais aucune attente en allant voir le film. Et je n’avais aucune attente en lisant les BD.

Mais c’est vrai qu’il est difficile de ne pas faire la parallèle entre le film et les BD. Malgré tout, et si on prend en compte le fait que le tome 2 est le plus proche du film (d’après moi), on s’enlève une frustration (d’autant plus si on oublie l’existence du tome 3 par rapport au film).

Je n’ai jamais été très fan des adaptations livre/film/ciné. Soit je lis le livre. Soit je vois le film. Je fais rarement les deux. Par peur d’être déçue justement, et par peur de perdre la magie et tout ce que j’avais imaginé en lisant le livre.
Mais le fait que le film soit inspiré d’une BD enlève ce « poids » : on a moins recours à l’imagination et donc moins de « déception ».

Bref, vous ne connaissez pas encore Pénélope Bagieu et Joséphine ? Alors, n’attendez plus … mieux vaut tard que jamais 😉
Vous avez lu les livres / vu le film ? Discutons en, vos avis sont les bienvenus ! 🙂

2 thoughts on “Joséphine – Pénélope Bagieu

Laisser un commentaire