Le Testament d’Ariane – Dans les pas d’Ariane – Françoise Bourdin

Je suis tombée dans la littérature de terroir quand j’étais petite. Enfin, plus jeune quoi.

J’avais 12/13 ans environ et ma maman avait acheté des livres de Marie-Paule Armand, qui racontait ses histoires en y ajoutant une dimension historique et territoriale.

Je n’ai jamais été très fan des romans historiques ou qui donnait trop d’importance à l’Histoire, pourtant j’ai découvert un style qui permettait de raconter une histoire riche en y ajoutant des détails historiques via le contexte et une dimension de terroir. Nous étions arrivés depuis 2 ans dans le Nord, et j’avais beaucoup aimé découvrir la région d’une façon que je considérais plus ludique et qui me correspondait plus.

J’ai donc dévoré les bouquins de Marie-Paule Armand. Puis j’ai lu d’autres livres, un peu toujours dans le même style. A l’époque les livres se partageaient entre mes parents, ma sœur et moi, il fallait donc trouver des livres qui convenaient à tous. Et puis, à cet époque, les romans « simples » ancrés dans la vraie vie, dans ce terroir, me plaisaient.

Peu à peu j’ai donc découvert des auteurs différents, qui ne faisaient pas que des romans de terroir, mais dont j’aimais beaucoup le style. C’est ainsi que j’ai découvert et commencé à apprécier les écrits de Françoise BOURDIN.

Il y a quelques temps, voulant changer du style romance, je me suis rapprochée de cet auteur, notamment parce que j’avais vu l’un de ses livres dans une librairie. Des souvenirs du passé, une envie de relire ses bouquins, le tour était joué !!!

J’ai donc trifouillé dans sa bibliographie et 2 livres (une histoire en deux parties en fait) m’ont tapé dans l’œil …

Bourdin_le_testament_d_ariane Bourdin_dans_les_pas_d_ariane

Les histoires

Le testament d’Ariane  Ariane a toujours été l’originale de la famille, la « vieille toquée ». Alors quand elle décède et qu’Anne se découvre être la seule héritière, elle ne se doute pas de la bataille qui l’attend. Contre toute attente, Anne se retrouve avec la bastide et le chien d’Anne sur les bras. Alors qu’elle voit de nouveaux horizons et projets s’ouvrir à elle, elle doit faire face à l’insistance de ses proches de se séparer de la bastide. Anne saura-t-elle rester maitresse de son destin ?

Dans les pas d’Ariane – Alors qu’elle a décidé de rester vivre dans la bastide et d’y monter un projet de chambre d’hôtes avec son frère, Anne se sent revivre. Mais au fur et à mesure, Anne va faire des découvertes imprévues grâce à Ariane. Alors que la certains membres de la famille semblent se rapprocher d’elle et apprécier la bastide, Anne se sent petit à petit devenir étrangère à la famille Nogaro. Saura-t-elle garder pour elle les révélations d’Ariane pour garder sa place dans la famille ?

Mon avis

J’ai très vite été absorbée par l’histoire. J’ai retrouvé ce plaisir de lire, ce sentiment de l’histoire simple, mais pas tant que ça, qui reprend les codes de la famille, qui fait sourire quand on découvre un nom de ville que l’on connaît. J’en viendrais presque à vouloir chercher la fameuse bastide lors de mon prochain passage dans les Landes !

Le premier tome nous met dans l’ambiance. Le second nous place dans l’action.

Dans le premier tome, on apprend à connaître Ariane par le biais d’Anne, de ses souvenirs, et des écrits qu’elle a laissé. On apprend petit à petit les raisons pour lesquelles elle s’est battue pour sa maison, ses motivations, ses envies. Et petit à petit, on « devient » Anne. On croit vivre dans cette bastide, on ressent les courants d’airs, on entend la marée au loin. On aurait presque même l’impression d’entendre respirer le chien assoupi à côté du bureau.

Dans le second tome, on retrouve une Anne plus motivée que jamais, décidée à ne pas se laisser marcher sur les pieds, à faire ce qu’elle souhaite et à vivre sa vie comme elle le souhaite, que cela plaise à ces proches ou non. Et ce malgré les mésaventures auxquelles elle doit faire face.

Si le premier tome penche plus du côté du manque de confiance en soi, le second tome évoque l’affirmation de soi.

Comme dans ce style de roman, l’histoire prend très vite un tournant décisif. Le décès d’Ariane, l’héritage d’Anne, la réaction des proches, la décision d’Anne, les impacts sur sa vie. Françoise BOURDIN nous emmène et nous fait vivre dans cette famille, à tel point qu’à certains moments on se sent terriblement mal face à ces parents furieux de l’héritage de leur fille. Car la famille, les rivalités, les jalousies et les secrets sont des thèmes récurrents de la littérature de terroir.

Je ne sais pas spécifiquement pourquoi j’aime ce style, peut-être parce qu’il me donne l’impression que l’histoire est vraiment ancrée dans la réalité, et qu’en tant que lectrice, je me sens plus proche des personnages. Même si quand on y pense, il y a toujours une petite part de réalité dans chacun des romans qu’écrivent les écrivains.

Par contre, j’ai un sentiment de manque : j’aurais voulu un troisième tome. Puisqu’on a l’avant et le pendant, j’aurais aimé connaître l’après. Alors oui, je me l’imagine, mais j’aurais aimé le lire, être plongée un peu plus longtemps dans cette histoire, dans cette bastide et dans la vie d’Anne afin de m’assurer que tous ses projets se réalisent.

J’ai dévoré ces 2 romans, j’ai pris plaisir à renouer avec un style que j’aime particulièrement et que j’ai peut-être trop délaissé ces derniers temps. 
Parce qu’après tout, que je lise le dernier Goncourt, un livre à la mode ou un livre qui me plaise, vous vous en fichez vous ? Vous ne me jugez pas … hein !!
Et puis, je m’en fiche, j’aime cet auteur, j’aime ces bouquins, alors je continuerai à les lire … que ça vous plaise ou non 😉

note_4_5

Laisser un commentaire