Ce que je peux te dire d’elles – Anne Icart

J’avais repéré ce livre à sa couverture. Et à son titre. Et puis je l’avais mis dans un coin de ma tête. Sans jamais l’oublier.

Et puis l’autre jour, j’ai voulu le lire. Sauf que …

Je regarde sur internet pour la version numérique et je tombe encore de douleur à la vue du prix : 13e en version numérique, 7e en format poche … Y en a marre ! Je remet le livre de côté dans ma tête, avec l’impression (plus que frustrée) que je ne le lirai jamais.

Quelques jours plus tard, au détour d’une petite balade, je me retrouve (par le plus grand des hasards) chez Mollat … Je fais un petit tour, attrape des livres, lis les résumés, les reposent, note le titre pour certains. Et je le vois. Je le prends. Lis le résumé. Mais cette fois je ne le reposerai pas. Et pour la première fois depuis des mois, j’achète un livre papier … (ça peut paraître anodin, mais je vous jure que ça m’a fait un petit quelque chose …)

Alors quand l’autre jour j’ai terminé mon livre en cours et que j’ai vu ce petit livre papier tout mignon me faire des clins d’œil (si, je vous jure !), je n’ai pas résisté et j’ai offert quelques jours de vacances à mon kindle …

Icart_ce_que_je_peux_te_dire_d_elles

L’histoire

Lorsque Blanche apprend la naissance de son petit fils, Gabriel, elle n’a qu’une envie : voir Violette, sa fille, avec laquelle elle n’a plus de contacts.
Alors qu’elle parcourt le « chemin physique » qui la sépare de sa fille, Blanche nous offre le témoignage de sa vie. De son arrière grand-mère à sa fille, en passant par « ses 3 mamans ». Elle nous entraîne alors dans le récit d’une vie où se mêlent rires et larmes, tendresse et détresse, révolte et conformisme, désillusions et ambitions. Mais une vie où les hommes n’auront fait que passer. Mais avec l’arrivée de Gabriel, c’est le futur qu’il va falloir conjuguer au masculin.

Mon avis

Que je suis contente ! Contente de l’avoir acheté, contente de l’avoir lu, contente tout court.

« Ce que je peux te dire d’elles » est un premier roman et c’est une réussite !! Plus qu’un roman c’est un témoignage, un journal (presque) intime que l’auteur nous offre.

C’est un roman qui est tellement dans les émotions, dans la vie et dans les sentiments, des fois dans les regrets, les remords et la souffrance que j’ai du mal à vous en faire une critique construite.

Au début, j’ai eu la sensation d’être catapultée dans cette famille. De multiples personnages qui m’ont fait craindre de perdre le fil de l’histoire (et de « qui et qui ? ») mais très vite j’ai repris le fil. Bien sûr, on se demande un peu qui est Blanche par rapport aux personnages qui nous sont présentés mais très rapidement le mystère s’éclaircit.

Ce qui m’a marqué c’est justement ce « Je » qu’emploie Blanche. Parce qu’à travers son récit, on a l’impression d’être à la fois son arrière grand mère, sa mère et sa fille alors que Blanche est toujours la narratrice.

Parce qu’en effet, sur une première partie du roman, Blanche nous parle d’une vie où elle n’existe pas. Jusqu’à ce chapitre de sa naissance. Ce chapitre où elle peut vraiment commencer à exister dans cette famille. Ce chapitre qui, selon moi, marque un tournant dans l’histoire. Parce qu’en effet, elle ajoute à l’histoire sa propre perception des événements, sa propre analyse, elle y ajoute ses sentiments, son ressenti. Chose qui nous échappait auparavant parce qu’elle nous racontait des faits dont elle n’avait pas été témoin.

Et « Ce que je peux te dire d’elles » n’est pas qu’un roman sur la famille : c’est un roman sur la difficulté de la vie, sur les ambitions, sur les choix qui sont fait et qu’il faut assumer, sur les événements qui bouleversent et dont on ne se relève jamais. C’est l’histoire d’une fusion qu’il est difficile de maitriser, d’un groupe dans lequel il est quasiment impossible de s’intégrer, d’une parentalité qui est partagée sans toutefois être très appréciée…

En fait, ce n’est pas l’histoire d’une vie. C’est l’histoire de plusieurs vies. De plusieurs générations. Mais c’est aussi et surtout de l’apprentissage. Parce qu’en nous confiant comment ont été les générations avant elle, Blanche nous fait comprendre qu’elle ne reproduira pas le même schéma. Car elle sait ce qu’elle veut. Et pourtant, alors qu’elle est en accord avec elle-même et ses principes et qu’elle assume ses choix et prend ses responsabilités, elle se rend vite compte que ce qui est bon pour elle, ne le sera pas forcément pour sa fille. Une histoire où se mêlent les remords et les regrets alors que tout semblait tracé pour que la vie soit belle et l’histoire heureuse.

Quand le roman s’arrête, on veut aller plus loin. Savoir ce qui se passera après. Comment sera la génération de Gabriel ? Quels ont été les sentiments et la vision de Violette face à l’environnement féminin dans lequel elle est née et a grandit. Mais tout cela n’est pas raconté, évidemment.

J’ai beaucoup apprécié « Ce que je peux te dire d’elles ». Parce que l’écriture était fluide, que les situations étaient touchantes, que la sensibilité est mise à l’épreuve. Alors oui, c’est un livre émouvant, mais pas de larmoyant, tout est axé sur la vie et le positif, et ça fait un bien fou de lire un si bon roman ! Je vous le recommande 🙂

note_5_5

coup_de_coeur

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.