Mort aux cons – Carl Aderhold

« Mort aux cons », parce que c’est ainsi qu’il s’intitule, est un livre que j’avais repéré depuis pas mal de mois en librairie. Mais ma période « romance » est passée par là et je n’ai pas eu l’opportunité de l’acheter et de le lire. Et bien m’en a pris !

Car souvenez-vous, il y a quelques semaines, je vous parlais d’un swap littéraire auquel j’avais participé. C’est ainsi que déballant le colis que m’avait concocté La Fabrique Éclectique, je fus joie de découvrir le livre qu’elle avait adoré et qu’elle me conseillait : « Mort aux cons » !

C’est ainsi qu’il y a deux semaines, alors que j’attendais mon tour à la Préfecture de la Gironde (je n’irai quand même pas jusqu’à dire que c’est le lieu idéal pour ce livre), je commençais à lire. Quand je fus appelée, j’étais presque déçue de ne pas patienter plus longtemps pour continuer ma lecture.

Aderhold_mort_aux_cons

L’histoire

Nous sommes entourés de cons : il y a ceux qui le font exprès et les autres. Mais peu importe, il faut procéder à un tri pour supprimer les cons qui nous entourent. Mais si ce « combat » semble sans intérêt et irrationnel, le meurtrier, qui a à son actif 140 meurtres de cons, nous entraîne au fond de sa réflexion et de son action. Mais d’ailleurs … qui sont les cons ? A quoi les reconnaît-on ?

Mon avis

Je dois avouer que le premier chapitre m’a laissée perplexe.
Le second m’a décroché quelques sourires.
Le troisième m’a quasiment rendue accro.
Au quatrième, je savais que j’allais dévorer et aimer ce livre.

Le premier chapitre est consacré au contexte. Qui est vraiment ce « je » ? Qui est sa femme ? Où vivent-ils ? Mais surtout quel va être le point de départ du combat anti-con ?

Ce qui m’a en fait perturbé c’est la construction du roman, et notamment le fait que les paragraphes soient numérotés. J’avoue avoir jeté un coup d’œil aux pages suivantes pour comprendre qu’il y aurait 140 paragraphes numérotés, soit le nombres de « cons victimes ». Alors je me suis demandée si chaque paragraphe commençant par un chiffre allait « présenter » un con ou la situation de sa mort. Mais je me suis rapidement rendue compte que « bah non », il y aurait 140 numéros, point. Comme si l’auteur souhaitait que l’on se rende compte des disparitions successives et du nombre de victimes au cours de la lecture.

Bref. J’ai donc continué ma lecture et découvert le côté humoristique du livre. Car oui, c’est un livre à prendre au second degré !

A travers les situations qu’il décrit, le narrateur nous entraine dans son combat et fait naitre un suspense pervers : qui sera la prochaine victime ? Quel élément causera sa perte ? A quel moment surviendra-t-elle ? Sera-t-elle, de l’avis du lecteur, justifiée ? Le meurtrier finira-t-il par être suspecté ?

Parce qu’en tant que lecteur, on se sent comme le confident de ce récit et de ce meurtrier. On se demande presque si continuer de lire ce livre ne revient pas à cautionner la cause et les actions radicales du narrateur !

Et pourtant … on continue de lire. D’aimer. De sourire. De rire.

Et petit à petit, on prend conscience que ce qui semblait être un coup de folie a en fait un fondement, une théorie que j’oserais même qualifier de rationnelle.

Parce que le narrateur nous donne à réfléchir sur ce qui fait d’une personne … « un con ». Et on en viendrait presque à partager son raisonnement. A moins que ce soit la peur de s’opposer à lui, de passer pour un con et de connaître un sort qui serait fatal qui nous donne envie d’acquiescer ?

Bref !!! Ce livres, selon moi, réussit un pari osé : celui de faire réfléchir sur nos actes du quotidien afin de nous faire prendre conscience de la connerie humaine tout en abordant avec humour le fait que, si un jour, on voulait mettre fin à cette connerie, c’est sûrement toute la société qui y passerait !

Ce livre n’est en aucun cas dégoutant ou écœurant, il n’incite pas non plus au meurtre, c’est un livre plein d’humour, de philosophie et de bon sens que je vous recommande à mon tour.

Il vous fera peut-être réfléchir. Il vous fera peut-être avoir peur et devenir parano. Il vous fera peut-être prendre conscience de certaines réactions. Mais ce qui est sûr, c’est qu’il vous détendra et vous fera rire.

Bonne lecture et encore une fois, merci aux blogueuses de
La Fabrique Eclectique et De ma Plume à Vos Oreilles !

note_4_5

3 thoughts on “Mort aux cons – Carl Aderhold

  1. Aaaah je suis ravie que ce livre t’ait plu !
    Perso je l’ai adoré aussi et me fait le même avis que toi ^^

    contente d’être tombée juste et que tu ais passé un bon moment ^^

Laisser un commentaire