Faire le point sur la situation

Le mois de mars est passé bien vite.
Finie la crise de nerfs des lunettes dont je vous parlais le mois dernier. Enfin, finie, faut le dire vite. Parce qu’il y a quand même des moments de découragements hein, et pourtant … j’avance. Peut-être pas aussi vite que je le souhaiterais mais j’avance !

Organisation Organisation

Niveau boulot, c’est toujours la même « galère ».

Je réponds à des offres (quand il y en a). Les réponses qui me reviennent sont toujours négatives. « Nous avons préféré un profil plus proche du poste » étant celle que je déteste le plus au monde, surtout quand j’ai 99,9% des compétences demandées.

J’envoie des candidatures spontanées, pour lesquelles je n’ai aucun retour.

Je suis toujours suivie par le cabinet « d’accompagnement ».
J’ai un rdv perso avec ma conseillère toutes les 2 semaines, lors duquel on fait le point sur mes recherches, les retours, sur mon « état moral »… Bref, une conseillère à l’écoute et présente.
À côté de ça, toujours au cabinet, je participe à un atelier qui regroupe une dizaine de demandeurs d’emplois, tous secteurs confondus. L’atelier a lieu chaque semaine, à raison d’une demie-journée par atelier (on n’y va pas pour se tourner les pouces hein … on a des objectifs perso / collectifs sur lesquels on doit travailler).

Et puis, comme on s’entend bien avec les personnes du groupe, on a aussi organisé notre « atelier ». Ca s’appelle « Enjoy & Find a job ».
Le but est simple : On se réunit 2 après-midi par semaine pour bosser ensemble, s’entraider, relire les lettres de motiv’, réorganiser le CV, tout ça dans des cafés / salons de thé de Bordeaux. Les thèmes sont décidés en fonction des besoins et les gens sont présents selon leur dispo et leur envie.
Cet atelier nous permet : 1/ de découvrir des endroits sympas (sachant que nous ne sommes pas tous de Bordeaux et que l’on a décidé de changer de lieu à chaque atelier) 2/ de profiter (quand il y en aura) du soleil pour s’installer en terrasses 3/ d’être en groupe, ce qui favorise la disparition de la déprime et de la solitude !

On a mis en place notre groupe la semaine dernière, et les 2 premiers ateliers ont été plutôt concluants. Pas le genre d’atelier où on arrive à 16h00, on mange un cupcake, on papote des derniers potins et à 17h on se dit qu’on rentre même si on n’a pas bossé. Non, non. Le genre d’atelier où on se retrouve à 14h30, où on commande un thé et où on travaille et on échange jusqu’à se rendre compte qu’il est 18h00/18h30 et que nos chéris doivent nous attendre dans nos apparts respectifs !

D’ailleurs, cet aprèm, on a un atelier ! Et jeudi aussi ! Et demain matin, c’est rdv en groupe au cabinet !

Eh bah, je vais vous dire, voir du monde, bosser, motiver les gens, être motivée par d’autres … bah ça fait un bien fou ! Et finalement, on avance bien mieux que seuls chez soi !!

Et sinon, j’assiste à des conférences / rencontres professionnelles. En moyenne 1 à 2 par semaine. Pour cette semaine, j’en ai 3 de programmées. J’essaye aussi d’avoir des entretiens réseau / conseil. Parce que rencontrer du monde, se construire un réseau, se tenir informés de l’actualité du secteur de la région, c’est plus qu’indispensable.

Et puis, il y a ma petite veille perso (qui ne serait pas possible sans mon indispensable Feedly). Je repère aussi des MOOC à suivre.

Alors, quand j’entends « oh t’es au chômage, tu fais rien, t’as tout mon temps, t’as rien de prévu, t’es tranquille » bah ça m’énerve !
Parce que NON. Je travaille ! Et je réfléchis aussi. Parce que je suis lucide, et je me dis que si d’ici mai / juin, il n’y a toujours aucunes avancées significatives, il faudra penser à une reconversion, du moins à court terme.

Mes journées sont bien remplies.
Je voudrais aussi dire que non, je ne me lève pas à midi. Tous les matins, je suis debout à 7h30. Ma pause déj commence vers 12h (ou vers 13h, ça dépend des jours). Mais à 14h, je m’impose d’être de retour devant mon ordi.

Alors oui, j’avoue, je profite de ma pause déj pour mater un épisode de série. Pour faire la vaisselle. Pour faire des câlins aux chats. C’est vrai aussi que si les chats veulent jouer dans la matinée, ou réclament des caresses, je prends une petite pause pour m’occuper d’eux. Oui il m’arrive de prendre une heure sur ma journée pour faire le ménage / passer l’aspi / aller à la laverie / mettre une machine à tourner / aller faire les courses / aller à la poste / prendre rendez vous chez le médecin.
Et pour être totalement honnête, jusqu’à présent, je n’ai même pas « profité » de mon « temps libre » en journée pour aller au ciné, me balader, faire du shopping.

Alors non. Me concernant, être au chômage n’est pas « ne rien faire et attendre qu’un recruteur m’appelle ». Je ne supporte plus d’être « inactive » et de rester seule chez moi. Et j’en ai marre de lire des articles où les demandeurs d’emplois sont (souvent) caractérisés comme des profiteurs de la société.

Bref … c’était mon petit article « Coup de gueule / point sur la situation » pour terminer ce (pas si beau) mois de mars !

Bonne journée à tous 🙂

4 thoughts on “Faire le point sur la situation

  1. Je comprends que les commentaires de ce genre t’agacent, d’autant que tu es super occupée finalement !! Et je trouve ça génial que tu aies réussi à créer une dynamique avec d’autres personnes, c’est tellement difficile de se retrouver au chômage avec en plus ce sentiment d’isolement et d’inutilité parfois… Mon contrat touche bientôt à sa fin (j’ai encore quelques semaines devant moi) mais j’appréhende déjà le retour à la recherche d’emploi et tout ce que ça implique :-/

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire !
      Oui, c’est important de garder une vie / un réseau social, et c’est compliqué quand tu arrives en plus dans une ville inconnue. Enfin, je suis contente car le contact passe bien entre nous et nous arrivons à nous re-motiver mutuellement.
      Bon courage pour toi, et si tu as besoin de tuyaux, n’hésite pas :D, je vais sûrement me reconvertir en coach pour les personnes en recherche d’emploi 🙂

  2. Les discours des personnes moralisatrices c’est chiant. Certains ne se rendent pas compte que c’est tout un travail d’en chercher un et de se tenir à jour sur tout (avec les conférences et rencontres et les MOOCs).

    Et puis le groupe de recherche je trouve ça top. C’est super de s’entraider !

Laisser un commentaire