Cocktail Club – Madeleine Wickham (Sophie Kinsella)

Il y a des fois, après avoir lu plusieurs romans « sérieux », j’ai envie de légèreté ! C’est souvent le moment idéal pour succomber à la chick-lit ! Et dans ce cas là, rien ne vaut une valeur sûre : Sophie Kinsella, ou dans le cas présent, son pseudo : Madeleine Wickham.

wickham_cocktail_club

L’histoire

Candice, Roxane et Maggie sont amies de longue date et travaillent pour un grand magazine londonien. Chaque mois, elles se retrouvent dans le même bar pour oublier leurs tracas à grand renfort de cocktails. Mais quand Maggie s’éloigne un peu pour s’occuper, tant bien que mal, de sa progéniture, et que Roxane continue de voyager en cachant l’identité de son amant, Candice se fait rattraper par les événements d’un passé qu’elle n’a jamais oublié. Leur amitié, mise à rude épreuve, résistera-t-elle aux non-dits et autres petits mensonges ?

Mon avis

J’ai eu du mal à entrer dans le bouquin. Il a fallu attendre plusieurs chapitres avant que je ressente un peu de sympathie pour le trio d’amies.

Les trois personnes ont été présentées, d’après moi, un peu trop brusquement. Dès le premier chapitre, on est dans le feu de l’action. J’aurais préféré découvrir chaque personnage plus posément et entrer plus doucement dans l’histoire.

Et j’ai eu le sentiment qu’à peine ces filles « présentées » au lecture, l’élément perturbateur est arrivé. Bref tout ça est allé un peu trop vite pour moi. Si je n’avais pas d’intérêt et de passé avec les romans de Kinsella / Wickhman, je pense que je me serais arrêtée là.

Mais je me suis accrochée. Le style de Kinsella a vite repris le dessus : une écriture fluide et divertissante, une faculté à retranscrire les situations et les émotions avec justesse, un petit suspense agréable dans les histoires, une lecture agréable et rafraichissante.

Encore une fois, Kinsella / Wickham aborde des sujets qui nous touchent :
– les douleurs du passé se mêlent au quotidien du présent, car on n’oublie jamais les moments qui ont bouleversés nos vies ;
– la vengeance que l’on veut faire subir à quiconque quand les ressources personnelles sont insuffisantes ;
– la peur de l’échec quand on est celle qui réussit tout ;
– l’incertitude face à l’amour qui un jour s’éloigne et devient incompréhensible.

Une fois oubliée la difficulté des premiers chapitres, on est dans l’histoire, attendant réponses et happy end. Ce roman se révèle alors frais et agréable et offre le plaisir de retrouver la plume de Sophie Kinsella.

note_3_5

Laisser un commentaire