La chute [Atelier d’écriture #9]

Il y a des semaines où l’inspiration peine à venir. Et des semaines où elle est un peu trop présente.

Ce fut le cas cette semaine avec la photo postée par Leiloona. J’ai vu la photo et j’ai eu une dizaine d’idées en tête. Sans même y penser, les idées s’accumulaient. Difficile dans ces conditions de se poser et de commencer à imaginer l’histoire.

Mais je me suis faite violence, ait arrêté mon tricotage mental, ait sélectionné une idée et ait écrit !

J’espère que cette petite histoire vous plaira autant que j’ai eu pris plaisir à l’écrire !

Joyeuses Fêtes à tous
Et bonne lecture !

2014-12-22.  [Atelier d ecriture #9]
© Romaric Cazaux

LA CHUTE

20 décembre 2014 – 17h04
Il a plu toute la journée et la nuit est déjà tombée. Les pavés sont humides et glissants.

Une femme se presse, les mains prises par plusieurs sacs. Sûrement des cadeaux qu’elle compte offrir à Noël.

D’un seul coup, elle sent son pied glisser sur le pavé, essaye de garder son équilibre mais atterrit sur le dos, les sacs étalés partout autour d’elle.

Un jeune homme accourt pour l’aide. Elle entend d’abord sa voix. « Tout va bien Madame ? ». Mais au moment où il s’accroupit et qu’il saisit sa main, elle se sent défaillir. Elle perd pied.

Il paraît qu’on voit les souvenirs de sa vie défiler avant de mourir. Elle n’a pas le temps de se demander si elle s’est cognée la tête que déjà les souvenirs l’envahissent.

Elle se revoit petite, dans les bras de son papi. Avec sa mère, confectionnant des gâteaux. Avec son père, en train d’apprendre à conduire. Elle revoit son premier amoureux, elle avait 16 ans. Puis le visage d’Antoine. Elle se souvient de la souffrance qu’elle a ressentie quand il l’a quitté.

Puis un flash.

Elle est allongée sur le ventre sur une plage. Un homme est à ses côtés. Il regarde la mer comme s’il surveillait quelqu’un. Il se met à sourire. Un petit garçon court vers elle tout mouillé, sortant juste de sa baignade. « Mamie ? Tu viens faire un château de sable avec moi ? ». À côté d’elle, l’homme lui sourit et les regarde s’éloigner. Elle joue avec son petit garçon, voit la joie dans ses yeux et au fond d’elle ressent fierté, bonheur et apaisement. L’homme se lève alors et s’approche d’elle. Délicatement, il lui glisse à l’oreille « Je t’aime Alice ». Puis il l’embrasse.

Un nouveau flash.

Elle est toujours allongée par terre, le jeune homme est inquiet, elle semble inconsciente depuis quelques secondes.

Mais Alice ouvre les yeux et lui sourit. Elle se sent bien. L’homme l’aide à se relever, ramasse ses sacs et lui propose de la raccompagner jusqu’à chez elle.

Elle est troublée par ce qui lui est arrivé. Voir le passé d’accord, mais a-t-elle vraiment pu voir l’avenir ? Son avenir ?

Arrivée devant chez elle, et alors que le jeune homme lui sourit, elle a un nouveau flash. La voix, le sourire. Elle le reconnaît enfin. C’est lui « l’homme » qui était à ses côté lors de sa perte de conscience. Lui qui sera encore près d’elle dans des dizaines d’années.

De la timidité dans la voix, elle l’invite à entrer. Dans son appartement, dans sa vie et dans son cœur.

Comme s’il avait lui aussi entrevu leur bonheur futur, il accepte.

26 juillet 2040 – 17h12
Mathieu rejoint Alice qui joue avec leur petit fils. Il s’approche d’elle et lui glisse délicatement à l’oreille « Je t’aime Alice ».

Un sourire sur le visage, elle le regarde, se souvient de ce jour de décembre et de sa chute. Il était là.

Depuis ce jour, elle avait aimé croire que sa glissade était l’œuvre du destin … ou de Cupidon. Car elle n’était pas seulement tombée. Elle était surtout tombée amoureuse ce jour là. La plus belle chute de sa vie.

20 thoughts on “La chute [Atelier d’écriture #9]

Laisser un commentaire