La marée [Atelier d’écriture #15]

Cette semaine Leiloona nous emmène en voyage avec une photo colorée …

Si elle m’a assez vite inspirée, cette photo m’a pourtant donné un peu de mal. M’évoquant des souvenirs très précis, j’ai eu du mal à mettre des mots sur des émotions si personnelles.

J’espère en tout cas que mon petit texte vous fera sourire en ce lundi matin !

Bonne lecture, bonne journée et bonne semaine 🙂

la_maree_atelier_ecriture_15
© Diane 

LA MARÉE

Ils sont là, assis sur le petit banc installé sur la promenade. Ils regardent la mer, complices. Elle aime entendre les mouettes rire. Il sourit parce que ça la fait rire.

Il aime la mer, regarder les bateaux aller et venir. Elle aime la plage, les instants d’innocence et les souvenirs que ça lui laisse.

Il ne le sait pas, mais ces instants de partage, ces instants riens qu’à eux sont précieux pour elle. Des instants où il lui transmet une partie de ce qu’il aime, pendant lesquels elle se sent unique. Des instants qu’elle n’oubliera jamais.

D’un seul coup, il lui pose une question

– Tu sais comment ça marche la marée ?

D’un air timide, elle fait signe que non.

Il lui explique alors.

– Tu vois là-bas, c’est l’Angleterre. Sur la plage il y a des poissons. Pour faire descendre la mer, ils aspirent l’eau (il mime un poisson inspirant une grande quantité d’eau). Après, ils la recrachent (il mime à nouveau un poisson, mais expirant toute l’eau cette fois-ci), l’eau revient et on dit que c’est la marée haute.

Elle le regarde, sourit et s’amuse à imiter les poissons, là-bas en Angleterre, qui inspirent et expirent l’eau pour provoquer les marées.

Elle n’a pas encore 6 ans. Il en a plus de 60. Ils rient tous les deux. Leurs souvenirs commencent maintenant …

20 ans plus tard, elle imitera toujours les poissons quand elle verra la mer en pensant à lui.

Merci Papi …

41 thoughts on “La marée [Atelier d’écriture #15]

    1. Oh 🙁
      J’ai la chance que le mien soit encore présent, même si géographiquement je suis loin, je l’ai toutes les semaine au téléphone :). Et même si physiquement ça devient difficile, je reste proche de lui.
      Merci pour ton passage.

  1. je suis très touchée par ton texte. il me semble qu’il s’agit d’un hommage de ta part et je ne serai pas étonnée que toi aussi tu gonfles tes joues pour imiter les poissons qui aspirent les marées. bravo pour ce partage, et merci pour tes mots.

    1. Hommage je ne sais pas, mais cette photo m’a tout de suite fait penser à mon papi et à nos nombreux souvenirs à la mer !
      Et c’est bien vrai, quand je pense aux marées, je ne peux m’empêcher de penser à ces petits poissons et les imiter 🙂

    1. Je ne sais pas si on peut parler d’hommage, c’est en tout cas un souvenir et une « anecdote » qui m’a marquée tout au long de mon enfance (et dont j’ai souvent reparlé à mon papi …). Merci !

  2. Un texte très émouvant, qui sent le vécu (?). J’aurais aimé avoir des souvenirs semblables avec mes grands-parents, et avec eux gonfler mes joues comme les poissons anglais !

    1. En effet ! C’est un de mes (nombreux) souvenirs avec mon papi … Cette photo m’a tout de suite fait penser à lui. N’hésite pas à gonfler les joues comme les poissons anglais la prochaine fois que tu iras à la mer 😉
      Merci pour ton petit mot 🙂

    1. Oh je ne pensais pas qu’il y aurait tant d’émotions. Mais c’est vrai que papis c’est tellement important … Merci pour ton commentaire 🙂

Laisser un commentaire