Un merci de trop – Carene Ponte

ponte_un_merci_de_trop

L'histoire

S’il fallait décrire Juliette en un seul mot, transparente serait sans nul doute le bon. Oui, c’est ça, transparente.
Depuis qu’elle est toute petite Juliette a toujours fait ce que l’on attendait d’elle. Pour ne pas déplaire, pour ne pas décevoir. Mettant de côté ses rêves et celle qu’elle est vraiment. Résultat, à 30 ans, elle mène une vie sans relief et ennuyeuse au possible. Une vie dans laquelle choisir entre lasagnes et sushis est un événement.
Pourtant, elle se sent de plus en plus à l’étroit dans cette vie, dans cette peau.
Elle a envie de crier qu’elle n’est pas cette fille sans personnalité.
Elle a envie d’aborder celui qu’elle croise tous les jours dans son immeuble. Pour lui dire qu’il lui plait.
Et par dessus tout, elle a envie d’enfin réaliser son rêve, celui de devenir écrivain.
Il n’est jamais trop tard pour devenir soi. C’est ce que va découvrir Juliette au détour d’un merci, un merci de trop. Même si elle est loin d’imaginer ce qui va en découler !

Mon avis

Il était une fois … (oui c’est comme ça que j’ai envie de commencer ma critique) Juliette ! Ou devrais-je dire KRN? Ou plutôt Twitter … Ah bah, voilà ! Je ne sais pas par où commencer.

Bref, il était une fois, sans que je me souvienne comment, j’ai « rencontré » « KRN » sur Twitter. J’ai regardé un peu son profil, ses tweets, son site et j’ai bien aimé. Alors je l’ai suivie et j’ai commencé à la découvrir.

Chaque vendredi, elle publie une nouvelle sur son site. Je dois avouer que je ne suis pas une lectrice assidue de « Juliette », mais je me plais à lire ses nouvelles quand j’en ai l’occasion.

Elle a écrit une autre nouvelle, remporté un concours et un jour, un de ses tweets mentionnait … un roman !

J’ai cliqué sur le petit lien pour découvrir de quoi il parlait et je me suis décidée à l’acheter ! Pour plusieurs raisons :

  • il n’était pas cher (2,99e)
  • le résumé donnait envie
  • j’avais envie de le lire
  • j’avais envie de découvrir le style de Carene dans un « roman » et non plus dans une nouvelle
  • et puis, j’avoue que j’avais envie de le lire parce que je la « connaissais » et que j’apprécie ce qu’elle dégage dans ses tweets et puis voilà ! Na ! (un peu comme si une copine me disait « j’ai écrit un bouquin », j’aurais envie de le lire parce que c’est « ma copine », un point c’est tout).

J’ai commencé à le lire, comme ça, genre entre deux tweets, devant mon ordi. J’ai lu plusieurs pages et je me suis aperçue que j’accrochais. J’ai donc posé le kindle, j’avais quand même des choses à faire de ma journée …

Dans l’après-midi, j’ai eu un petit moment de répit. Une petite pause. J’ai repris mon Kindle et relu quelques pages. Le soir dans mon lit, malgré la fatigue (et les râleries de monsieur « t’as bientôt terminé ?? »), j’ai (un peu) lu.
Le lendemain matin, j’étais à la moitié du roman. Le chat est venu ronronner sur mes genoux, je ne pouvais plus bouger. Quel dommage … Heureusement mon kindle étant à portée de main, je l’ai empoigné et j’ai laissé le chat profiter de mes genoux. Et j’ai terminé le roman sans m’en apercevoir.

Je dois vous avouer que j’ai toujours quelques craintes à lire un « premier » roman (qu’il soit étiqueté amateur ou pas … entre nous, concernant un premier roman, je pense que tout le monde est amateur).

L’histoire est simple (dans le bon sens du terme), genre de chick lit française qui fait du bien, qui permet d’oublier un peu les soucis et de nous faire rêver dans un monde où « tout n’est pas forcément beau, mais où tout finira bien ».

Juliette elle me (nous ?) ressemble un peu en fait, et je pense que c’est l’une des forces de ce roman … En moins de 30 sec, j’ai compris cette nana, je me suis identifiée à elle et j’ai eu cette étrange impression de l’avoir toujours côtoyée. Comme si Juliette c’était un peu la nana cachée au fond de nous, celle qui obéit à ses parents, celle qui garde ses rêves enfouis pour ne pas faire de vague et celle qui reste dans le rang…

Alors forcément, quand tout bascule … tout bascule !

C’est d’ailleurs une autre chose que j’ai énormément apprécié dans ce roman : les rebondissements ! Après quelques pages j’ai eu peur que le roman soit « plat », qu’il nous entraine juste dans une quête, une « recherche de soi », sans gros soucis. Pourtant, les « problèmes » arrivent sans que l’on s’y attende, de façon très naturelle, comme ils arriveraient dans la vraie vie en fait.

La première fois, ça m’a un peu … perturbée ! Ben forcément, je ne m’y attendais pas … Pourtant, ça a rajouté un piment d’enfer à l’histoire. Une histoire donc qui s’est développée et enrichie au fur et à mesure de la lecture, une histoire qui fait plus sourire et rire que pleurer et qui renvoie un message positif.

D’ailleurs, tout ce qui se passe dans le roman pourrait se passer dans la vie « réelle ». Il n’y a pas une situation que j’ai trouvée « trop » ou « irréelle ». Bien entendu, on se dit que certaines coïncidences ne pourraient pas avoir lieu dans la réalité, pourtant, elles sont si bien amenées, de façon subtile et efficace qu’elles paraissent réalistes …

Finalement, j’aurais pu dévorer le livre, assise devant mon bureau, si je ne m’étais pas raisonnée. Parce qu’il se lit facilement, que le style est entrainant, que chaque rebondissement nous donne envie de connaître la suite … et la fin !!

Certains passages m’ont néanmoins paru hésitants mais je pense que c’est vraiment du au statut « amateur » de Carene et au fait que ce soit son premier roman. Ces petits passages ne m’ont pas gênés, même si je regrette qu’il n’y ait pas eu de repères « temporels », qui permettaient de situer certains événements par rapport à d’autres (en même temps, moi je suis une adepte des repères temporels)

« Un merci de trop » est un premier roman plus que satisfaisant, agréable et léger. On s’y retrouve grâce à une héroïne attachante, qui nous parle et qui est un peu « nous ». On y trouve de l’espoir et une envie de remettre nos rêves au premier plan. On s’y perd aussi … car oui … n’essayez pas de résister, une fois tombé dedans, vous ne penserez plus qu’à une chose : le terminer ! Et quand il sera fini, vous n’aurez plus qu’une envie : en avoir plus !

note_4_5

Disponible sur Amazon, Kobo, Librinova et beaucoup d’autres plateformes 😉

Laisser un commentaire