L’instant présent – Guillaume Musso

musso_l_instant_present

L'histoire

Lisa et Arthur n’ont rendez-vous qu’une fois par an.
Il passe sa vie à la chercher…
…  elle passe la sienne à l’attendre.

Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d’art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate.

Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n’offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l’aimer :

« Ce qui m’arrive est inimaginable, et pourtant bien réel… »

Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

Un thriller psychologique vertigineux
au final stupéfiant

Mon avis

Ah… le nouveau Musso ! L’un de mes livres chouchou de l’année. Dès qu’il a été annoncé, je l’ai attendu. Alors quel plaisir de voir la date tant attendue arriver. Et pour faire les choses bien, j’avais géré afin de terminer mon livre en cours le jour de la sortie de l’ « Instant présent » !

J’ai donc commencé à lire mais sans trop savoir pourquoi, le début ne m’a pas emportée. Je prenais plaisir à retrouver le style de Musso, mais j’avais l’impression qu’il manquait quelque chose.

Quand l’histoire a vraiment commencée, j’ai été perturbée. Sans trop en dire, à la suite d’un événement Arthur, le « héros » va vivre un seul jour par an pendant X années (je laisse un peu de suspense hein !). Résultat chaque journée est rapide et j’ai trouvé que le héros se concentrait d’avantage sur les événements dans le monde (réconciliations, attentats, décès, musique…) que sur lui. Il va cependant rapidement trouver de l’aide auprès de l’un de ses proches.

Et les chapitres s’enchainent : il se « réveille », vit sa journée et « repart ». Le lendemain est une autre année.

Rapidement le déroulement des chapitres lasse et on a l’impression de survoler l’histoire. Les chapitres sont plus ou moins longs, plus ou moins centrés sur les émotions du héros et plus ou moins portés sur l’instant présent.

On prend malgré tout le temps de suivre Arthur dans une histoire impossible, d’en apprendre d’avantage sur les raisons (et les conséquences) de ses voyages et de le voir évoluer. Mais on survole.

Alors que le terme des voyages approchait, mon attente grandissait. Parce que je connais le style de Guillaume Musso, je connais les dénouements de ses anciens romans, je sais que la fin est toujours époustouflante, que rien ne peut la laisser présager, d’autant plus qu’on m’a promis suspense haletant et dénouement époustouflant.

Alors je lis, j’attends, je trépigne. À quelques pages de la fin, je guette toujours cette chute vertigineuse… Alors que je tourne les pages, j’entrevois un dénouement, certes bien ficelé et inattendu mais qui n’est pas époustouflant, qui n’est pas à la hauteur du Musso que j’aime !

Mais je me dis que quelque chose va changer, que tout sera remis en question à la dernière page, que cette fin époustouflante va être … époustouflante !

Puis vient la dernière phrase. Le dernier mot.

L’histoire aura intrigué. L’histoire aura été bien ficelée. Le dénouement aura été inattendu. Mais c’est tout.

Une intrigue survolée. Un dénouement pas si époustouflant. Sans parler de déception … je ne m’attendais pas à ça. Loin d’être un coup de cœur, loin d’être le meilleur roman selon moi. Serais-je en train de me lasser du « Style Musso » ? Réponse au prochain roman !

note_2_5

One thought on “L’instant présent – Guillaume Musso

  1. Alors là, on se fait bien balader. Et oui, on dévore ce livre car on veut connaître pourquoi cette spirale infernale, pourquoi Arthur ne vit qu’une journée…. par …

    Et la fin, alors là je ne m’y attendais pas, Musso m’a bien eu, mais je pense qu’il en est de même pour tous les lecteurs qui liront ce livre.

    Suspens garanti… Du Musso, mais du Musso « culotté », manipulateur….
    J’ai aimé.

    Je viens de terminer « ça peut pas rater » de Legardinier, autre style sympa aussi

Laisser un commentaire