Le goût de la vie – Anouska Knight

knight_le_gout_de_la_vie

 L'histoire

Dans sa vie, Holly n’a que trois priorités : sa famille (même s’il faut avouer que, ces derniers temps, sa sœur, enceinte jusqu’aux dents, lui tape prodigieusement sur le système), son chien Dave (boule d’amour probablement issue d’un croisement entre un labrador et une vache) et sa boutique de pâtisserie, Cake, qu’elle tient avec son meilleur ami, Jesse. Le reste, elle s’en fiche : plus rien n’a d’importance à ses yeux depuis que Charlie, son mari, son âme sœur, est mort dans un accident de voiture.
Mais voilà que déboule dans sa vie un certain Ciaran. Ciaran est beau, Ciaran est riche, Ciaran est écossais. Mais, surtout, Ciaran la trouble profondément et provoque en elle des sensations inattendues… Non, non et re-non, l’amour, elle y a déjà goûté et cela lui a laissé un terrible goût amer. Un goût de douleur et de solitude, de larmes et de regrets. Et, pourtant, une part d’elle ne peut s’empêcher de croire qu’il est – peut-être – l’ingrédient qui manque à sa vie…

Mon avis

C’est au moment où j’ai eu envie de lire une romance sur fond de sucré, de gourmandise et de cupcake que j’ai aperçu (sur Twitter et Instagram) la couverture du livre « Le goût de la vie ». Autant vous dire que j’ai tout de suite flashé dessus. Puis j’ai lu le résumé et j’ai eu envie de me plonger dans le bouquin. Profitant d’une expédition chez Mollat, je n’ai pas mis longtemps avant de l’empoigner. Et c’est avec beaucoup d’envie et de plaisir que je l’ai lu … tout aussi rapidement !

L’histoire est simple : Holly tient une boutique de cupcake. Alors qu’elle a perdu son mari deux ans auparavant, sa route va croiser celle de Ciaran. Malgré les deux mondes qui les séparent, Holly va avoir du mal à résister aux charmes du bel écossais. Mais cela implique de faire quelques concessions … Holly est-elle vraiment prête pour ça ?

Sachez que j’ai dévoré ce livre comme un délicieux cupcake double chocolat !

Le début du bouquin est assez long pour être honnête. Mais passé le cap de la page 100/150, il se lit d’une traite.

Holly est attachante, de par sa personnalité, mais également de par sa fragilité. Touchée par le deuil de Charlie, son mari, elle est partagée entre les cauchemars et la vie qui continue. Car oui, la vie continue, même si ce n’est qu’en façade.

Car on découvre vite une jeune femme meurtrie qui fait face « en apparence » mais qui est dévastée à l’intérieur.

Le thème du deuil est abordé avec respect, fragilité et réalisme. Peu à peu, grâce à la persévérance de Ciaran, la douleur s’estompe et la vie reprend de la place dans le quotidien d’Holly.

Malgré tout, on passe un bon moment, on alterne sourire et larmes et on se surprend à sourire avec Holly.

Le personnage de Ciaran est à la fois attachant et exaspérant. Mais sa véritable personnalité se révèle assez vite, même si certains secrets tardent à être livrés. Mais pour notre plus grand plaisir, c’est un bon garçon, agréable, à l’écoute et vrai !

Une romance au gout de sucré comme je les aime, qui redonne le sourire … et qui donne envie !

note_4_5

Laisser un commentaire