Juste avant le bonheur – Agnès Ledig

ledig_juste_avant_le_bonheur

L'histoire

Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fée. Caissière dans un supermarché, elle élève seule son petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui tendre la main. Emu par leur situation, un homme généreux les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. La chance serait-elle enfin en train de tourner pour Julie ?

Mon avis

Il y a longtemps que j’avais repéré « Juste avant le bonheur ». Sur le net, sur les blogs, dans les librairies, dans les magazines. Mais je n’avais pas encore sauté le pas. C’est désormais chose faite ! Et je me demande désormais pourquoi j’ai attendu aussi longtemps !

Ce roman est un concentré d’amour, d’empathie, d’amitié, de difficultés, de moments insurmontables, de bonheurs, de malheurs, de tendresse, de présence, d’abandon … (ok, ok, je m’arrête là…)

Ce roman se déroule en deux parties : la première, celle de la vie, difficile, des difficultés rencontrées, des opportunités, du bonheur, présent ou renaissant. Des moments de doutes, de rencontre, de lâcher prise … de vie.
La seconde partie tourne autour du deuil. Celui, insurmontable, d’un enfant alors que la vie semblait enfin clémente et remplie de petits bonheurs.

Je pourrais vous dire que ce roman est émouvant, qu’il fait pleurer mais qu’il ne tombe pas dans le style tragico-déprimant-dépressif, je pourrais vous dire qu’il est révoltant (rapport aux conséquences que provoquent des gens inconscients qui prennent le volant après avoir trop bu). Je pourrais vous dire aussi qu’il est rempli d’amitié, de pensées réconfortantes, d’émotions et de sensibilité.

Mais c’est un tout autre point qui m’a marquée et que j’ai envie de partager.

L’histoire évoque une jeune mère célibataire, qui s’accroche à la vie et à son quotidien grâce au sourire et à la joie de vivre de son fils. Un petit garçon de 3 ans que l’on apprend à aimer et qui instantanément nous transmet son sourire et sa joie de vivre.

À la suite d’un dramatique accident, cette jeune femme de 20 ans voit son fils lutter contre la mort, plongé dans le coma.

L’histoire aurait pu avoir une fin joyeuse, c’est d’ailleurs ce que j’espérais !

Malgré tout, Lulu ne se réveillera pas. Un drame pour cette mère, un drame pour l’entourage du petit garçon, un drame pour le lecteur.

Le thème du deuil et de la reconstruction de soi prennent alors toute la place dans le roman. Et si ces thèmes sont traités en toute sensibilité et avec beaucoup d’émotions, ils n’en restent pas moins traités positivement avec cette furieuse envie de s’accrocher à la vie.

Car il y a deux façons de gérer un deuil : tomber ou accepter. Souvent dans les romans, le « héros », tombe, reste immobile, puis se relève d’un coup. Si ça donne de l’espoir, ça paraît souvent peu crédible (vu à quel point ce « héros » est au fond du trou … mais ça c’est une autre histoire ! )

Dans « Juste avant le bonheur », on est face à une femme qui aime la vie et qui va faire le choix d’avancer, à son rythme, entourée de ses amis, tout en faisant le deuil de ce petit garçon.

J’ai l’impression que souvent cette « réaction » peut dérange parce que la personne semble être insensible, mais il n’en est rien. La personne peut être effondrée mais sa joie de vivre ne s’éteint jamais vraiment. Elle est là, bien qu’enfouie sous le chagrin.

A travers la première partie du roman, on ressent l’énergie et le bonheur de Julie, sa luminosité. Alors quand vient le moment fatal de l’accident, on est dans le même état d’esprit : positif malgré tout.

On repense au bonheur, aux rires de ce petit garçon, aux instants de joie. Et malgré la douleur, on sent cette pointe de vie présente tout au fond.

À travers son roman, Agnès Ledig, nous met face à une vérité : un deuil reste un deuil, la perte d’un enfant est insurmontable, mais chacun a sa façon de faire face. Et si la joie et le bonheur font partir de nous alors le chemin sera long mais pas infranchissable. La douleur sera toujours là, mais la vie permettra de se souvenir des bons moments, du meilleur et de se relever.

« Juste avant le bonheur » est un témoignage positif d’amour et d’émotions face au deuil, avec une sensibilité particulière et bienveillante qui fait du bien. Un roman qui traite du deuil, de la vie « avant » mais surtout de la vie « après » de façon positive et optimiste. Alors, vivons, sourions et aimons !

note_5_5

One thought on “Juste avant le bonheur – Agnès Ledig

Laisser un commentaire