Conseil de famille [Atelier d’écriture #27]

Et c’est une nouvelle semaine qui commence avec une jolie photo de Julien Ribot pour l’atelier d’écriture de Leiloona.

Bonne lecture, bonne journée et bonne semaine !

atelier_ecriture_27_julien_ribot
© Julien Ribot

CONSEIL DE FAMILLE

Assise à la terrasse de ce petit bar qui ne payait pas de mine, les paroles continuaient de résonner en elle.

« Trop focalisée sur sa carrière », « pas assez à l’écoute de sa famille », « trop indépendante », « hautaine », « pas l’esprit familial ». Ah ça, on pouvait dire qu’elle s’en souviendrait de son repas d’anniversaire en famille pour ses 35 ans.

Ses parents, ses 2 sœurs, son frère, leurs conjoints et enfants étaient présents. Une bonne soirée s’annonçait. Pourtant elle avait vite tourné au cauchemar pour Daphné. Ses proches avaient visiblement décidé qu’il était grand temps pour elle de ne plus se consacrer à sa carrière mais de construire une vie de famille. En lieu et place d’une fête familiale, c’est surtout un conseil de famille autour de sa vie privée qu’ils avaient décidé d’organiser.

Daphné avait écouté et encaissé les coups la soirée entière. Elle n’avait rien dit, n’avait rien montré de son émotion. Elle n’en pouvait plus de ses remontrances familiales et cette pression que tous lui mettaient. Oui elle était l’ainée mais non, pour l’instant, la famille n’était pas son principal but. Oui, elle avait une carrière professionnelle dans laquelle elle s’épanouissait, mais non, elle ne voulait pas tout mettre de côté pour rechercher, à tout prix, l’homme de sa vie. Mais ses proches ne voulaient pas l’entendre, ni le comprendre.

Elle était rentrée chez elle vidée. Épuisée.

Elle avait sorti l’enveloppe de sa poche et l’avait déchiré. Oh oui, quel beau cadeau d’anniversaire. Ils s’étaient cotisés, ça c’est sûr. Pour lui offrir une semaine de vacances. L’intention était louable. Mais s’agissant d’une semaine dans un genre de colonies pour adultes célibataires, dans l’unique but de trouver l’âme sœur, c’en était trop.

Après une nuit presque sans sommeil, Daphné avait pris sa décision. Elle allait partir quelques jours. Se retrouver seule avec elle-même. Loin des ondes négatives de sa famille. Elle travaillait à son compte et pouvait se permettre de partir sur un coup de tête.

Elle avait pris sa voiture et avait filé dans le sud ouest. Elle ne connaissait pas la région, personne ne la connaissait là bas.

Elle avait éteint son portable. Trouvé un hôtel et déposé ses quelques affaires préparées à la hâte dans sa chambre. Puis elle était partie marcher.

Près de la mer, elle retrouvait une sérénité oubliée. Elle se sentait bien. A sa place. Elle avait arpenté le petit village dans lequel elle s’était arrêtée, avait admiré ses ruelles, s’était arrêté devant les jolies maisons.

Elle pouvait exercer son métier de traductrice partout. Alors pourquoi ne pas déménager ? Prendre enfin son envol. S’éloigner de ce quotidien trop toxique et enfin vivre pour elle.

Elle s’était arrêtée dans un petit bar sans prétention et avait commandé un verre de vin. Aucun jugement à l’horizon. Rien que le calme et la sérénité. Et ses pensées.

Alors qu’elle repartait vers l’hôtel, ou vers la mer, elle ne savait pas où ses pas la mènerait, elle repassa devant la maison abandonnée qu’elle avait aperçue en se promenant quelques heures plus tôt.
Elle la contemplait, des rêveries plein la tête, et un sourire béat sur les lèvres, lorsqu’un homme arriva, une pancarte sous le bras.

Quelques coups de marteau après, l’homme se retourna, la vit et lui rendit son sourire.

Entre la pancarte « À vendre » qu’il venait d’accrocher sur le volet abimé et les yeux de cet homme, Daphné comprit que son avenir avait décidé de l’emporter sur un chemin inattendu.

26 thoughts on “Conseil de famille [Atelier d’écriture #27]

  1. Bonjour,
    J’aime beaucoup ton texte car la maison ici est un point d’arrivée vers une nouvelle vie. Dans mon texte (désolée pour la pub 😉 ) la maison est un point de départ vers une nouvelle vie !
    Ton texte est émouvant et oui, parfois il faut s’éloigner des siens pour mieux vivre !

  2. Oh comme elle a raison et comme ils sont chiants, les gens, à vouloir nous enfermer dans leurs petites cases et à nous dire ce qui est le mieux pour nous

    1. En effet. S’éloigner peut être une solution … comme une fuite. Mais pour le coup, je crois qu’elle a fait le bon choix :). Merci de ton passage 🙂

    1. Merci !
      Ahah, je dois avouer que cette photo m’a bien inspirée et que j’aime bien cette Daphné. Peut-être sera-t-elle de retour dans une autre photo ;).

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, je suis touchée que mon texte ait autant plu.
      Je suis sûre qu’elle aura une vie plus douce et sereine loin de la famille 🙂

  3. J’ai beaucoup aimé ton texte et ai trouvé beaucoup de courage à ton héroïne de supporter le quart de réflexions de sa famille ! Sage décision de s’éloigner des gens toxiques ! comme Leiloona, j’aimerais lire une suite 😉

    1. Merci ! Je crois que le moment était venue pour elle de se détacher pour enfin s’éloigner de cette atmosphère toxique :).
      J’ai beaucoup aimé cette Daphné et j’espère la revoir dans une prochaine photo 😉

  4. Super texte, qui donne envie de savoir la suite !!
    Le plus ironique sans doute, c’est que ça nouvelle vie, elle l’a devra à sa famille, puisque sans eux elle ne serait pas partie ! Et le sud ouest : très bon choix !

    1. Merci beaucoup ! J’espère lui donner une suite et je suis très touchée que le texte ait autant plu.
      Comme on dit souvent « c’est un mal pour un bien ».
      Le sud ouest est une région agréable et idéale pour un nouveau départ en effet 🙂

Laisser un commentaire