Entre mes mains le bonheur se faufile – Agnès Martin-Lugand

martin_lugand_entre_mes_mains_le_bonheur_se_faufile

L'histoire

Iris étouffe dans sa petite vie étriquée de la bourgeoisie de province. Un mariage qui se délite, un métier frustrant, elle s’échappe dans des drapés vaporeux et de sages petites robes sur mesure. La couture est son refuge, la machine suivant la cadence de son coeur apaisé. Jusqu’au jour de l’explosion, lorsque Iris découvre que ses parents lui ont volé ses aspirations de jeunesse.
Alors elle déchire le carcan et s’envole pour suivre la formation dont elle rêvait. Et, de fil en aiguille, sous l’égide autoritaire de l’élégante Marthe, Iris se confectionne une nouvelle vie, dans l’exubérance du Paris mondain.

Mon avis

J’ai découvert Agnès Martin Lugand avec « Les gens heureux lisent et boivent du café ». Un roman émouvant que j’avais dévoré. Puis la suite, « La vie est facile, ne t’inquiète pas » est parue et à nouveau je me suis retrouvée plongée dans un univers émouvant mais plein d’amour et d’optimisme. Alors quand, au détour d’une balade chez Mollat, j’ai aperçu « Entre mes mains le bonheur se faufile » au format poche, je n’ai pas su résister.

Encore une fois, l’écriture d’Agnès Martin Lugand est légère et fluide. L’histoire se lit rapidement et agréablement même si les thèmes abordés sont douloureux et violents.

Dans « Entre mes mains le bonheur se faufile », Agnès Martin Lugand nous entraine à nouveau dans une histoire émouvante et personnelle. Si le thème du deuil n’est pas très loin, il est en tout cas traité de façon très différente. Il y a des années, Iris a dû abandonner ses rêves d’une carrière de couturière. Alors quand au cours d’un repas familial, elle apprend que ses parents lui ont menti, l’empêchant d’accéder à son rêve, Iris craque. Cette carrière qu’elle avait accepté de mettre de côté, cette carrière pour laquelle elle ne croyait avoir aucun talent, cette carrière qu’elle aurait aimée mener à la place d’une carrière dans une banque qui ne l’enchante pas.

Alors que son quotidien avec Pierre, son mari, un chirurgien plus souvent à l’hôpital qu’à la maison, s’étiole, Iris décide de reprendre sa vie en main et tente de s’inscrire à une formation de couturière.
C’est à partir de ce moment-là que l’on rencontre une Iris forte et sûre d’elle, malgré l’emprise que son mari a sur elle et les doutes qu’il fait naitre en elle.
Débute alors une nouvelle histoire pour Iris : une formation à Paris, un atelier de couture des plus luxueux, une femme, Marthe, pleine d’inspiration et d’admiration pour cette jeune créatrice de talent qui a tant d’ambitions pour elle et Gabriel, un séducteur à qui Iris se promet de ne pas laisser son cœur.
Pourtant, les choses ne vont pas se passer comme Iris l’avait prévue. Très vite, elle se retrouve mise en avant, chose qu’elle déteste, par Marthe qui compte lui faire rencontrer le tout-Paris et lui offrir la réputation que son talent mérite.

Mais entre Pierre, qui ne la soutient plus vraiment et qui continue de lui imposer sa vision de leur vie commune, Marthe qui la pousse à se dépasser toujours d’avantage sans tenir compte de ses envies à elle et Gabriel, qui n’a qu’une seule ambition, la séduire, Iris chavire.

Dans « Entre mes mains le bonheur se faufile » Agnès Martin Lugand surprend par sa capacité à influencer le lecteur, autant que les personnages influencent Iris. Je suis ressortie de ce livre perturbée, car je n’avais pas senti venir le dénouement. J’ai également eu le sentiment de m’être faite avoir (de la même façon qu’Iris) par le pouvoir, les belles paroles et la gentillesse de certaines personnes.

« Entre mes mains le bonheur se faufile » est un livre qui se révèle être finalement très psychologique et porté sur le thème de l’emprise et de l’influence mêlées aux envies et aux rêves personnels. En effet, si Iris a sa vision des choses, ce sont surtout les ambitions des 3 personnages qui gravitent autour d’elle qui donnent tant de puissance à l’histoire. Un livre très fort dont la plume légère va à l’encontre des thèmes abordés.

note_5_5

2 thoughts on “Entre mes mains le bonheur se faufile – Agnès Martin-Lugand

Laisser un commentaire