La Cour des grandes – Adèle Bréau

breau_la_cour_des_grandes

L’histoire

Quatre amies dans le Paris branché et bobo du 9e.
Mathilde est cadre dans une grosse firme pleine de mâles qui l’attendent au tournant. Mère de deux petits garçons, elle jongle avec les emplois du temps dans une culpabilité constante.
Son amie Alice seconde un restaurant en vue de la capitale et peine à se remettre de sa séparation, malgré le soutien de son ado. Lucie, leur richissime comparse, à la tête d’une famille nombreuse, est obsédée par la bonne tenue de son bonheur conjugal. Quant à Eva, la quatrième, elle rêve de devenir mère elle aussi.
De leurs cahiers de texte de collégiennes à leurs plannings surbookés, ces working mums sont entrées sans s’en rendre compte dans la cour des grandes. Héroïnes made in France, elles ne rêvent plus de prince charmant, de robe meringuée et d’alliances. Elles n’ont plus le temps de rêver. Crèche, école, courses, babysitters, vie sexuelle, carrière, enfants malades, corps qui fout le camp, premières rides et petits flirts, elles tentent simplement de maîtriser le tourbillon insensé qui les emporte depuis qu’elles ont dit oui.
Dans un Paris de comédie romantique, ces équilibristes à l’aube de la quarantaine rient, explosent, galèrent, textotent, aiment et espèrent, car au fond les mères de famille auront toujours quinze ans. Leur vie ne fait que commencer.

Mon avis

J’avais repéré ce livre dès sa sortie. Forcément aves sa couverture colorée, je ne pouvais pas passer à côté.

Mais avant même que j’ai le temps de l’ajouter à ma wish-list, Charlotte – « Les Voyages Littéraires » – le sélectionnait et me l’offrait lors de notre échange SWAP.

« La Cour des grandes » est un roman de vie dans lequel Adèle Bréau nous fait intégrer une groupe de femmes d’une quarantaine d’années.

Lucie, femme active, épouse heureuse et maman comblée de 3 petites filles a malgré son côté Bobo une personnalité attachante. Malgré tout, la force et la « supériorité » qu’elle montre cachent, de mon point de vue, un grand manque de confiance en elle.

Lucie, maman célibataire d’une ado, est à un tournant de sa vie : continuer à espérer le retour de son ex ou relever de nouveaux objectifs professionnels, tout en se rapprochant d’un homme aussi inattendu que sympathique.

Mathilde, femme active et maman dépassée de deux garçons, doit prendre et assumer des décisions pour son avenir, et celui de ses enfants, tout en affrontant un mari qu’il est devenu difficile de comprendre … et d’aimer.

Et Eva. Une femme en mal d’enfant, qui court après ses rêves de maternité, quel qu’en soit le prix à payer, sans se douter que le miracle pourrait être aussi inattendu qu’espéré.

Bref. 4 femmes. 4 personnalités. 4 histoires.

4 femmes d’aujourd’hui, aux personnalités, envies, espoirs et quotidiens bien différents mais qui sont touchantes et émouvantes dans le combat qu’elles livrent pour accéder au bonheur, ou au moins à une vie épanouissante qui leur corresponde et leur convienne.

Entre leur vie de mères, de femmes, d’épouses, elles sont confrontées à de nombreux doutes et de nombreux espoirs. Grâce à une complicité bien ancrée, elles se permettent de baisser la garde les unes avec les autres et de s’avouer leurs faiblesses.

Les 4 portraits que nous livre Adèle Bréau s’inspirent avec justesse des femmes d’aujourd’hui et des galères qu’elles peuvent être amenées à rencontrer. 4 femmes attachantes et touchantes qui font forcément penser à des femmes que l’on connaît. Avec « La Cour des grandes », Adèle Bréau brosse un portrait de la société actuelle juste et sans faux semblants, ce qui offre un côté réaliste, touchant et apprécié au roman. Le petit bonus de ce bouquin ? Sa suite ! En effet, dans un second tome (« Les Jeux de garçons »), Adèle Bréau continue l’histoire en se plaçant du côté des hommes ! Une idée originale et pleine de parité.

note_4_5

One thought on “La Cour des grandes – Adèle Bréau

Laisser un commentaire