Un passé au présent

Pour ce nouvel Atelier d’écriture, Leiloona a été interpelée par cette photo de Vincent Héquet.

Et moi ? Bah moi, ça m’a inspirée aussi !!

Bonne lecture, bonne journée et bonne semaine à vous !

atelier_ecriture_vincent_hequet_32

UN PASSÉ AU PRÉSENT

Le jour où elle est partie, elle s’est fait la promesse de ne jamais revenir. Ne jamais regarder en arrière. Ne jamais se retourner. Devenir forte. Oublier. Tourner la page.

C’était il y a 25 ans.

25 ans de tourments, de difficultés, d’espoirs, de désillusions. 25 ans de vie. 25 ans d’un avenir qu’elle s’est construit elle-même. 25 ans qui lui ont permis d’atteindre celle qu’elle avait toujours voulu devenir.

Pourtant, aujourd’hui, ses pas la ramènent à cet endroit. Au fond d’elle-même, elle sait qu’elle veut être là. Qu’elle doit être présente.

C’est ici qu’elle est née, ici qu’elle a grandi. Derrière les 3 fenêtre en partant de la gauche du 4ème étage. Ici que son père est parti quand elle n’avait que 7 ans. Ici que sa mère a rencontré tant d’hommes qui l’ont malmenée. Ici qu’elle a enchainé les mauvaises rencontres avec les types du quartier. Ici qu’elle est devenue une autre. Une qu’elle n’aimait pas.

Mais tout allait vraiment se terminer aujourd’hui.

La foule était compacte. Elle avançait péniblement. Cherchant sa respiration. Reprenant son souffle. Essayant de cacher son trouble. Fuyant les regards.

Si elle était entourée de nombreux inconnus, certains visages, malgré le temps qui avait passé, lui restaient familiers. Pourtant, leurs noms lui échappaient. Elle avait pris un tel soin à oublier le maximum.

Elle aperçu l’ancienne gardienne de l’immeuble. Elle semblait ne pas avoir vieilli. Jamais elle n’avait su quel âge lui donner. Et c’était toujours le cas aujourd’hui.

Il y avait aussi le couple qui avait emménagé sur le même palier quelques semaines avant son départ.

Puis une femme attira son regard. Après quelques secondes, elle se rappela. C’était elle, au 7ème étage qui criait sous les coups de son mari. Elle qui avait été accusée de l’avoir tué, un soir où les coups avaient été plus violents. Un soir où elle avait finalement pris son courage entre ses poings.

Au loin, elle vit un groupe de quatre hommes. Quatre visages qui restaient marqués dans son esprit. Quatre prénoms qu’elle s’était jurée ne plus jamais prononcés. Un frisson lui parcourut le dos lorsque l’un regarda dans sa direction. Sans la reconnaître. Il faut dire qu’entre l’écharpe qui lui montait jusqu’au nez et le bonnet, elle n’avait pris aucun risque.

Elle se fit la réflexion qu’à l’époque ils étaient six d’ailleurs. Où étaient passés les deux autres ? Avaient-ils pris conscience de la vie ? De cette vie ? De leur vie ? Avaient-ils été tués lors d’un règlement de compte ou sous le coup d’une overdose ? Etaient-ils en prison ?

Ses pensées furent interrompues lorsqu’on leur demanda de s’éloigner un peu plus.

Il ne restait que quelques minutes avant que cette barre d’immeuble ne disparaisse à tout jamais, ensevelie par la poussière.

Son passé ne pourrait alors plus jamais la rattraper et plus rien ne la retiendrait ici.

6 thoughts on “Un passé au présent

  1. C’est très beau….Je ne suis malheureusement pas sûre que l’image de ces garçons et de ce qu’ils lui ont fait subir disparaitra de son cerveau en même temps que les tours du paysage…..C’est un texte qui rend triste,on voudrait l’aider.

    1. Merci beaucoup !
      Oui, les textes sont souvent très riches autant qu’ils sont différents ! Et ça pousse à l’inspiration … (d’ailleurs, il faut que j’écrive celui de lundi prochain ^^ et que j’aille lire les textes des autres participants :))

  2. une très belle plume pour décrire un passé que ta narratrice veut oublier mais qui lui revient au visage quand elle parcourt à nouveau ces lieux ! Une bonne chose que cet immeuble disparaisse 😉 bravo !

Laisser un commentaire