Une part de ciel – Claudie Gallay

gallay_une_part_de_ciel

L'histoire

Aux premiers jours de décembre, Carole regagne sa vallée natale, dans le massif de la Vanoise, où son père, Curtil, lui a donné rendez-vous. Elle retrouve son frère et sa soeur, restés depuis toujours dans le village de leur enfance. Garde forestier, Philippe rêve de baliser un sentier de randonnée suivant le chemin emprunté par Hannibal à travers les Alpes. Gaby, la plus jeune, vit dans un bungalow où elle attend son homme, en taule pour quelques mois, et élève une fille qui n’est pas la sienne. Dans le Val-des-Seuls, il y a aussi le vieux Sam, pourvoyeur de souvenirs, le beau Jean, la Baronne et ses chiens, le bar à Francky avec sa jolie serveuse… Dans le gîte qu’elle loue, à côté de la scierie, Carole se consacre à une traduction sur la vie de Christo, l’artiste qui voile les choses pour mieux les révéler. Les jours passent, qui pourraient lui permettre de renouer avec Philippe et Gaby un lien qui n’a rien d’évident : Gaby et Philippe se comprennent, se ressemblent ; Carole est celle qui est partie, celle qui se pose trop de questions. Entre eux, comme une ombre, cet incendie qui a naguère détruit leur maison d’enfance et définitivement abîmé les poumons de Gaby. Décembre s’écoule, le froid s’installe, la neige arrive… Curtil sera-t-il là pour Noël ?

Mon avis

Comme souvent, c’est la couverture qui a tout fait !

A peine l’avais-je aperçue, que le livre avait pris de l’intérêt pour moi. Puis j’ai lu le résumé. Quand même. (Des fois il m’arrive d’aimer la couverture mais pas le résumé, des fois seulement …). Et je l’ai acheté.

En décembre, j’avais décidé de lire des histoires me permettant de me plonger dans la magie de Noël. Ce livre était donc totalement indiqué ! Je n’avais encore jamais lu de livre écrit par Claudie Gallay, mais j’avais déjà entendu parler de l’auteur.

Bref. J’ai commencé à lire. Très rapidement, je me suis demandée si la magie de Noël allait surgir du roman ou si la période de Noël était simplement un contexte à l’histoire.

L’histoire d’ailleurs. Un style auquel je ne m’attendais pas du tout. Carole, le personnage principal, qui est aussi la narratrice du roman, revient dans son village natal. Son père lui a donné rendez-vous là-bas. En arrivant, elle y retrouve Philippe, son frère, et Gaby, sa soeur. Mais Curtil, leur père n’est pas encore arrivé. D’ailleurs, quand va-t-il arriver ? Viendra-t-il seulement ?

Ce récit s’apparente en fait à un journal intime, puisque Carole nous raconte ses journées de façon chronologiques, tout en ajoutant des faits et événements remontant à son enfance ou sa vie, et permettant d’en apprendre d’avantage sur les personnages, leurs relations, leur vécu. Ses relations assez difficiles avec son frère et sa soeur, ses questions sur un événement qui a bouleversé leur enfance à tous, la vie qui s’en est suivie, ses doutes, toujours.

Alors qu’elle ne prévoit de rester que quelques jours, Carole s’installe un peu plus longtemps. Elle attend, elle cherche à comprendre, à renouer les liens. Finalement, elle ne doit plus trop savoir qui elle est, elle se cherche aussi, elle cherche à se réintégrer dans cette cellule fraternelle qu’elle a quittée et qu’elle a du mal à comprendre désormais. Un gouffre qui s’explique notamment par de nombreux non-dits, par des secrets, par des espoirs, ceux des uns et des autres.

A des moments, on a l’impression qu’elle se laisse faire, tel un pantin. On ne sait pas trop si elle fait les choses parce qu’elle en a envie, parce qu’elle le veux vraiment, parce qu’elle s’y sent obligée, parce qu’elle ne voit pas quoi faire d’autre ou juste parce qu’on lui demande. Une vie qui semble un peu à la dérive, dans une famille qui n’a plus grand chose en commun.

Malgré tout, on passe totalement à côté de la magie de Noël. Ce n’est pas l’idée du bouquin en fait (contrairement à ce que je pensais). Le livre est vraiment centré sur cette reconstruction, presque une méditation, cette reprise de contact, ce besoin de comprendre, de savoir pour avancer. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti en lisant ce bouquin.

J’ai aimé le style, j’ai été happée par l’histoire, par les personnages. J’avais envie, j’avais besoin de connaître leur histoire, savoir s’ils allaient pouvoir se parler enfin librement, comprendre ce qui était arrivé à chacun, savoir si les liens allaient se renouer. Savoir si Curtil allait arriver, aussi.

« Une part de ciel » est un roman sur la famille, les liens, les difficultés, les incompréhensions, les non-dits. Un roman qui montre l’importance de la confiance. Un livre qui met également en avant les faiblesses de ces personnages. Un livre qui emporte et qui a un petit côté addictif.

note_4_5

One thought on “Une part de ciel – Claudie Gallay

Laisser un commentaire