Une année dans la vie d’une femme – Guillemette de la Borie

de_la_borie_une_annee_dans_la_vie_d_une_femme

L’histoire

Alia est une Parisienne qui croque la vie : la cinquantaine épanouie, deux grands adolescents déjà embarqués dans l’existence, un ex-mari pas trop dérangeant, un boulot confortable, un cercle d’amies qu’elle retrouve avec bonheur pour un dîner chaque premier lundi du mois…
Son seul souci, c’est Campniac, la vaste maison périgourdine familiale où personne ne va plus jamais, et qui se dégrade. Pas d’autre solution que de la vendre.
Mais la révélation d’une maladie rare va tout bouleverser. Alia éprouve alors le besoin de revenir en Périgord. Et se laisse rattraper par ses souvenirs. Elle comprend que derrière les murs de la bâtisse, sa famille ne dessine pas les contours qu’elle imaginait…

Mon avis

Inutile de vous dire que j’adoooore recevoir des livres, découvrir de nouveaux auteurs, de nouvelles histoires … Alors forcément, quand j’ai été contactée par Babelio pour une Masse Critique “privilège” pour découvrir “Une année dans la vie d’une femme” de Guillemette de la Borie, je n’ai pas hésité !!
Enfin … J’ai pris le temps de lire le résumé, qui m’a de suite donné envie de me plonger dans le roman.

Le roman se compose de 12 chapitres. Un par mois. En commençant par le mois de janvier bien évidemment. On y fait la rencontre d’Alia (ou Aliénor), de ses amies aussi, “Les Blondes”. Sans entrer dans les détails, elle nous raconte sa vie à Paris. Sa vie de femme mariée, sans vraiment l’être, de mère d’ados presqu’adultes, de ses amies. Pas trop de personnel sur le premier chapitre en fait.

Puis février arrive, et avec lui la découverte d’une maladie rare et génétique. Une maladie qui, en remettant beaucoup de choses en question, va nous permettre de mieux la connaître, elle mais également sa famille. Parce qu’à travers Alia, c’est aussi son passé que l’on découvre. Un passé dont elle ignore presque tout. Une maison laissée à l’abandon à la mort de son père, des allers-retours en Dordogne, des rencontres, des sourires, des rires, des joies … des douleurs, de la peur. Bref, une vie rythmée par la maladie … et les non-dits.

Parce qu’entre son frère, qui a toujours été distant, sa mère, qui n’en fait qu’à sa tête, son mari, qui ne cherche qu’à s’éloigner, et ses enfants, qui donnent de moins en moins de nouvelles, Alia ne sait plus trop où elle en est. Pourtant, c’est cette maison en Dordogne qui va tout faire basculer. L’envie de comprendre, de retrouver ses racines, ce besoin de s’accrocher à un projet comme à la vie, son envie d’oublier la maladie, de ne pas laisser “à cette sorcière” (comme elle appelle la maladie) le champ libre dans sa vie.

A travers un roman où seul le principal est donné au lecteur, on découvre une histoire pleine de sensibilité et de vie. Un passé lourd à porter que l’on découvre au fil des pages, sans trop savoir où cela mènera non seulement Alia, mais les autres membres de sa famille. Un roman où l’amitié, la confiance, l’entraide et le non jugement est au coeur des pages, des lignes… et du quotidien.

note_3_5

Laisser un commentaire