Belles de Shanghai – Amy Tan

tan_belles_de_shanghai

L’histoire

Début du XXe siècle à Shanghai. Violet Minturn est la fille d’une Américaine qui tient un club huppé, la Maison de Lulu Mimi, lieu de rencontres de riches Occidentaux et Asiatiques. Mais derrière les riches tentures, c’est aussi la maison de courtisanes la plus distinguée de Shanghai. C’est dans cet univers que grandit Violet, petite fille au caractère bien affirmé. Lorsqu’elle découvre que son père n’est pas mort comme elle le croyait, et que celui-ci est d’origine chinoise, c’est un choc. Alors que la situation politique du pays devient de plus en plus instable, sa mère tente de partir avec elle pour San Francisco, mais est piégée par un ancien amant. Violet, 14 ans, est vendue comme courtisane vierge à une maison close, et Lulu reçoit bien la confirmation – fausse – de la mort de sa fille…

Entre la perspicacité et l’humour sarcastique d’Amy Tan, Belles de Shanghai traite de la relation profonde existant entre mères et filles. L’histoire d’un traumatisme hérité, de désirs et de tromperies, mais avant tout du pouvoir et de la persévérance de l’amour.

Mon avis

« Belles de Shanghai » n’est pas un livre que j’aurais choisi et lu spontanément. Tout simplement parce que je suis très éloignée de cette culture chinoise et que j’ai tendance à me tourner vers des histoires qui me parlent d’avantage et sont plus proches de mes centres d’intérêts.

C’est donc sans autre attente que celle de découvrir le livre que j’ai commencé à lire. J’ai eu un peu de mal avec les premiers chapitres, n’étant pas du tout en phase avec cette culture, son Histoire, son passé … Pourtant, très vite, je me suis laissée emporter.

Dans « Belles de Shanghai », on suit Violet. Une fillette de 7/8 ans qui grandit dans la maison de courtisane que sa mère dirige et qui apprend bien plus qu’elle ne pourrait le croire, tout en épiant les femmes qui l’entourent … et parfois en leur jouant de mauvais tours. Violet n’a pas de père. C’est en tout cas ce qu’elle croit. Car la vérité finit rapidement par éclater. Et alors qu’elle grandit, on continue de la suivre, de suivre ses humeurs, ses pensées, sa petite rébellion aussi.

Lorsque la situation politique se dégrade, Lulu, la mère de Violet, décide de quitter Shanghai pour rentrer à San Francisco, d’où elle est originaire. Faisant confiance à son amant, elle le laisse prendre en charge les formalités pour partir au plus vite. Et au moment où Lulu monte sur le bateau qui la remmène à San Francisco, cette dernière apprend et comprend qu’elle s’est faite duper. Jamais elle ne reverra sa fille, enlevée par un escroc, vendue comme courtisane et dont la vie ne s’annonce plus si rose. D’autant plus que Lulu la croit morte. Impossible alors pour cette mère de défendre sa fille, si ce n’est en pleurant leurs souvenirs …

L’histoire est poignante, très dure par moment. Et une fois qu’on est pris dans le roman, on découvre cette Histoire, cette partie du passé, ses coutumes. Car au delà d’un simple roman, Amy Tan nous fait vivre ce Shanghai des années 1920. On est transportés dans ces maisons de courtisane, on apprend de la même façon que Violet, on reçoit cette éducation qui doit permettre aux maitresses de s’enrichir, on en apprend plus sur la façon dont ces jeunes femmes sont courtisées, protégées. Ce qu’elles doivent faire pour vivre, parfois pour survivre. Et l’amour, cet amour auquel elles n’ont pas forcément le droit, ou bien qu’elles décident de vivre sans savoir à quoi elles devront un jour se confronter.

Pourtant, Violet incarne une force et un caractère qui lui sera bien utile. Elle comprend vite et bien même si elle n’est pas toujours d’accord. Et si les étapes sont difficiles et douloureuses, elle s’accroche et continue avec un seul et unique but (que je vous laisserais découvrir par vous-même !).

Enfin, ne soyez pas découragés par les plus de 600 pages que comporte le roman. Oui au début ça fait un peu peur, surtout que les chapitres sont (très) longs et qu’il est difficile de ne lire que 5 minutes par ci, par là. C’est peut-être aussi de cette façon que le roman nous transporte. Parce qu’une fois commencé, il devient difficile de le lâcher.

À travers « Belles de Shanghai », Amy Tan a su me faire apprécier une culture à laquelle je ne m’étais jusque là jamais intéressée. À travers ses personnages et leur histoire, elle m’a fait découvrir une partie de l’Histoire. Mais surtout, à travers son roman, elle m’a emportée, m’a fait passer par de multiples sentiments, m’a fait avoir peur, m’a fait rire, m’a fait sourire … m’a émue aussi ! Une belle histoire que je vous recommande ! Et si vous n’y connaissez rien à la culture chinoise, n’hésitez pas, ce livre va vous faire voyager et vous émouvoir.

note_5_5

Belles de Shanghaï d’Amy Tan, Editions Charleston, 641 pages, 22,50€

L'avis des Lectrices Charleston 2016

N’hésitez pas à découvrir l’avis des autres Lectrices Charleston 2016, sur leurs blogs respectifs :

3 thoughts on “Belles de Shanghai – Amy Tan

Laisser un commentaire