Elia, la passeuse d’âmes – Marie Vareille

Merci à Marie Vareille et Pocket Jeunesse de m’avoir permis de découvrir “Elia, la passeuse d’âmes”.

vareille_elia_la_passeuse_d_ames

L’histoire

Elia est une Passeuse d’Âmes, un être sans émotions. Elle doit exécuter ceux qui sont devenus des poids pour la société : vieux, malades, opposants… Mais un jour elle ne parvient plus à obéir aux ordres et s’enfuit dans la région la plus déshéritée du pays, là ou les Passeurs d’Âmes sont considérés comme les pires ennemis. Au plus profond d’immenses mines à ciel ouvert, Elia découvrira, telle une pépite, une destinée qui la dépasse.

Mon avis

Si vous me connaissez un minimum, vous savez que la lecture jeunesse / young adult c’est pas trop pour moi. Et si vous me connaissez un peu plus, vous savez que les dystopies et autres romans fantasy ne sont pas ma tasse de thé.

Mais ça c’était sans compter sur Elia, une jeune fille sortie de l’imagination de Marie Vareille … Marie qui m’a habituée à ses romans chick-lit avec “Ma vie, mon ex et autres calamités” et “Je peux très bien me passer de toi” que j’ai adorés. Marie qui a décidé de se lancer, pour son troisième roman, dans la dystopie avec “Elia, la passeuse d’âmes”. Marie qui m’a envoyé son nouveau livre avec une adorable dédicace. Marie qui sait également que son nouveau roman est très éloigné de mes lectures habituelles.

Pourtant, dès que je l’ai eu dans les mains, j’ai eu envie de lire. Peut-être parce que la couv’ est magnifique et intrigante, peut-être aussi parce que c’est elle qui l’a écrit.

Je l’ai donc ouvert assez rapidement après l’avoir reçu. Au fond de moi, j’avais envie de retrouver sa plume, ses idées et son talent. Et puis au fond de moi aussi, je me suis dit que j’allais lire et voir comment ça avançait. Consciente de sortir de mes sentiers battus.

J’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. J’ai du me familiariser avec le fantastique, avec des noms qui sont pas communs, avec un contexte imaginaire, avec une structure de roman à laquelle je ne suis pas habituée. Et puis, j’ai lu. J’ai compris l’histoire. J’ai compris Elia. Je me suis même prise d’affection pour elle. Alors j’ai continué à lire. Et puis, d’un seul coup, tout a basculé … Je n’ai plus réussi à lâcher le livre. Alors j’ai continué à lire. Et quand j’ai eu tourné la dernière page, j’ai été triste de quitter Elia. Je n’ai d’ailleurs plus qu’une seule envie : faire un bon dans le future pour avoir le tome 2 dans les mains !!

Bref, revenons-en à l’essentiel …

Dans “Elia, la passeuse d’âmes”, on découvre une communauté dans laquelle se “côtoient” 3 peuples : les Kornésiens, les Askaris et les Nosobas. Alors qu’elle fait partie des Kornésiens, Elia va vite se retrouver parmi les Nosobas, une caste inférieure. Très inférieure. Une caste qu’elle va devoir apprendre à découvrir et dans laquelle elle va devoir faire et trouver sa place. Une immersion forcée qui va être la première étape d’une prise de conscience de plus grande ampleur : et si, finalement, ce qu’on lui avait raconté jusqu’alors n’était que pur mensonge ?

A travers les relations qu’elle va nouer, Elia va trouver du réconfort mais également de l’aide. Une aide qui lui sera précieuse lorsqu’elle décidera de mettre sa vie en danger pour en sauver une autre (je vais pas tout vous dévoiler non ?).

Et au-delà de ça, Marie entretient le mystère. Qui est vraiment Elia ? Quel a été son passé ? Pourquoi est-elle une “passeuse d’âmes”, une personne dénuée de sentiments dont le but est d’euthanasier les personnes qui font du tort à la communauté ? Et pourquoi vit-elle entourée de restrictions, notamment en ce qui concerne ses cheveux roux ?

Au fur et à mesure de la lecture, la plume de Marie nous dévoile quelques indices. Elle met en place un schéma bien ficelé auquel on ne peut qu’adhérer.

Pour ce premier roman dans le genre, Marie Vareille fait preuve d’un talent sans faille. Une héroïne aussi intrigante qu’attachante, un mystère aussi prenant que surprenant, une histoire aussi bien ficelée qu’éprouvante. Sans avoir spécialement envie de découvrir d’autres romans du genre fantasy/dystopie, je suis malgré tout plus qu’impatiente de découvrir la suite des aventures d’Elia (Printemps 2017 qu’elle m’a dit Marie … patience, patience …).

note_5_5

Plus d’infos

One thought on “Elia, la passeuse d’âmes – Marie Vareille

Laisser un commentaire