Enfant, je me souviens – Collectif pour l’UNICEF

collectif_enfant_je_me_souviens

L’histoire

17 grands noms de la littérature et de la culture francophones s’unissent pour agir en faveur  de l’éducation des enfants dans le monde.  Entre émotion, humour et suspense,  chacune de ces 17 nouvelles explore le continent infiniment riche de l’enfance.
Prêts pour le voyage ?

1 LIVRE ACHETÉ =  1,50 € REVERSÉ À L’UNICEF

Mon avis

Je n’ai pas résisté longtemps avant acheter ce recueil de nouvelles au profit de l’UNICEF ! L’idée d’allier la littérature à la bonne cause me plaît toujours autant. Et j’ai l’impression que l’idée séduit et que le principe marche bien, puisqu’on voit de plus en plus de recueil du genre fleurir, notamment avec 13 à table, version 2015 et 2016.

Malheureusement, j’ai toujours beaucoup de mal à prendre du plaisir avec les nouvelles. Et ce recueil ne fait pas exception…

Autant j’arrive à me laisser porter quand les nouvelles font partie d’un recueil écrit par un seul et même auteur, autant quand plusieurs écrivains ayant chacun son style et sa vision des choses, s’associent, j’ai plus de mal. Je me perds.

A part le thème, les styles d’écriture et les histoires sont très différentes. On a du mal à trouver le point commun, du mal à les relier entre elles. D’ailleurs, et en fait … Elles n’ont rien à voir les unes avec les autres. On lit chaque nouvelle, sans qu’un fil rouge, à part le thème de l’enfance, ne structure la lecture.

Plusieurs auteurs de ce recueil m’étaient inconnus, je me suis donc laissée portée par la découverte, tandis que j’ai aimé retrouvé le style de certains écrivains, notamment celui de Tatiana de Rosnay que je ne cesse d’admirer !

Un recueil sur l’enfance, qui permet d’allier l’utile à l’agréable, la passion à la bonne cause, mais dans lequel j’ai eu du mal à me trouver. Un achat que je ne regrette malgré tout absolument pas !

note_3_5

One thought on “Enfant, je me souviens – Collectif pour l’UNICEF

  1. Je trouve ça super que des auteurs se réunissent dans un même livre pour la bonne cause mais les nouvelles ont tendance à frustrer mon appétit de lectrice. Et ce thème de l’enfance ne me dit trop rien cette fois.

Laisser un commentaire