Le temps est assassin – Michel Bussi

bussi_le_temps_est_assassin

L’histoire

Eté 1989
La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne.
Une route en corniche, un ravin de vingt mètres, une voiture qui roule trop vite… et bascule dans le vide.
Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère sont morts sous ses yeux.

Eté 2016
Clotilde revient pour la première fois sur les lieux de l’accident, avec son mari et sa fille ado, en vacances, pour exorciser le passé.
A l’endroit même où elle a passé son dernier été avec ses parents, elle reçoit une lettre.
Une lettre signée de sa mère.
Vivante ?

Mon avis

Une fois n’est pas coutume, Michel Bussi m’a emporté par sa plume, son imagination et son talent. Fini la Normandie, cette année c’est en Corse qu’il nous emmène avec « Le temps est assassin ».

Une histoire en deux parties, parfaitement rythmée et dans laquelle, encore une fois, je n’aurai pas réussi à percer le mystère avant que le dénouement ne soit révélé.

Le style de Michel Bussi ne faiblit pas d’histoire en histoire d’autant qu’il a la capacité de se réinventer à chaque fois puisqu’aucun roman ne se ressemble. Michel Bussi nous montre à nouveau l’étendue de ses possibilités ainsi que son talent d’auteur.

Dans « Le temps est assassin », on suit Clotilde. A 40 ans passés, elle revient en Corse, là où s’est joué le drame de sa vie lorsqu’elle avait 15 ans. Un dramatique accident qui a couté la vie à ses parents et son frère, un accident qui lui a tout pris ou presque. En effet, une fois de retour, autant pour essayer d’oublier les fantômes du passé que pour se ressourcer, Clotilde doit faire face à un mystère : serait-il possible que sa mère ne soit finalement pas morte lors de cet accident ?

Alternant enquête en 2016 et plongée dans les souvenirs de Clotilde en 1989 à l’aide de son journal intime de l’époque, on essaye, encore une fois, de comprendre, de dénouer le vrai du faux. Et à nouveau Michel Bussi fait douter. Il fait espérer aussi. Nous plongeant dans l’univers de Clotilde, il parvient parfaitement à nous faire ressentir ses émotions que ce soit celles de ses 15 ans ou celles de ses 42 ans.

Les pages se tournent, les chapitres défilent, ne laissant que peu de liberté au lecteur qui est pris par l’histoire et dont le seul besoin est celui de savoir.

Fidèle à son style, Michel Bussi nous emporte dans un univers dynamique et parfaitement réfléchi. Entre les souvenirs des uns et des autres, les mensonges et les tromperies, tous les doutes, les espoirs mais également les peurs sont permis ! Si le dénouement final est moins explosif que dans d’autres histoires, il n’en reste pas moins que la révélation est surprenante, maitrisée et percutante ! Un livre à découvrir cet été :).

note_5_5

3 thoughts on “Le temps est assassin – Michel Bussi

Laisser un commentaire