89 mois – Caroline Michel

michel_89_mois

L’histoire

« J’ai trente-trois ans, ça y est. A quarante ans et des poussières, mon corps sera hors jeu. Il me reste donc sept grosses années pour faire un enfant, soit quatre-vingt-neuf mois. Un chiffre minuscule. A peine deux mille sept cents jours. Que peut-on faire en deux mille sept cents jours ? Rien. J’en ai déjà mis cinq à construire trois meubles Ikea. »

Jeanne, célibataire, contrôleuse de train sur la ligne Paris-Auxerre, n’a qu’une obsession : devenir maman avant que le temps la rattrape. Elle a fait une croix sur le couple, il lui faut simplement un géniteur. Sa décision ne fait pas l’unanimité auprès de ses amis, et, même si parfois elle doute, elle est déterminée à surveiller son cycle, à provoquer les rencontres, à boire des potions magiques et à lever les jambes après chaque rapport, sait-on jamais.

Mon avis

Je ne vais pas y aller par 4 chemins : « 89 mois » est un livre que je n’ai pas spécialement apprécié POURTANT je l’ai trouvé très bon. Allez comprendre un truc à mon esprit tordu …

« 89 mois » c’est l’histoire de Jeanne. Jeanne qui se rend compte que le temps passe. Jeanne qui se rend compte qu’elle n’a pas toute la vie pour faire un enfant. Et comme souvent, lorsqu’on se rend compte que quelque chose pourrait nous échapper, il nous le faut absolument. Tout de suite. Sans attendre. Ca en devient une obsession.

Pour Jeanne, c’est pareil. Avoir un enfant, devenir mère est devenue en quelques minutes une obsession. Mais étant célibataire, la procédure s’annonce un peu compliquée. Mais tant pis, elle est prête à tout pour avoir cet enfant. Son enfant.

Le roman est donc un reflet des pensées de Jeanne pendant plusieurs mois. Un journal de ses obsessions, de ses pensées, de ses actes, de ses envies, de ses espoirs, de ses doutes et de ses désillusions.

Perdue dans son obsession, plus rien ne comptant autour, n’ayant que ce sujet à la bouche, n’ayant que cette envie en tête, Jeanne m’est vite devenue insupportable. Peut-être justement parce qu’elle me ressemble quand j’ai envie de quelque chose que je ne peux pas avoir de suite. C’est comme un caprice en fait. Jeanne semble capricieuse. Alors forcément, elle m’a semblée insupportable, chiante, j’avais envie de lui dire de penser à autre chose, de faire autre chose, d’arrêter de se prendre la tête 5 minutes. Jeanne est donc un peu le reflet de celle que je suis, ses pensées ont fait écho aux miennes lorsque je souhaite quelque chose et je n’aime pas cet état d’esprit. Voilà la raison pour laquelle je n’ai pas spécialement aimé le bouquin…

MAIS (oui, car il y a un mais)

Comme je le disais, je l’ai trouvé très bon. Parce que le thème est un thème très sensible et qu’il est parfaitement abordé par Caroline Michel. Le style d’écriture assez brut et le ton employé m’ont un peu déroutés au début. Le style n’est pas très littéraire, mais cela n’a rien de péjoratif car le style brut fait écho à Jeanne. Elle est dans sa bulle, dans son obsession, elle nous partage ses pensées et ses états d’âmes de telle façon que le style colle au roman.

Et puis il y a donc cette obsession qui reflète bien ce que de nombreuses femmes peuvent avoir en tête quand le temps passe ou qu’elles voient leurs possibilités se réduire. J’ai trouvé que sa façon de mettre des mots sur les maux, sur un parcours dont on ne connaît pas l’issue était maitrisé et très bien décrit. De même que les personnages secondaires, par leurs présences, leurs conseils, leurs mises en garde, font écho à notre société actuelle. Celle où on ne sait plus où placer la barre entre nos envies et le moment où le jugement des autres fera douter.

« 89 mois » est un livre qui se lit rapidement et qui nous entraîne au cœur d’une obsession. Cette fois, pas de prince charmant à rechercher mais une vie à construire et des responsabilités à assumer. Un livre déroutant mais émouvant.

note_3_5

Merci aux Editions Préludes et NetGalley de m’avoir fait découvrir ce roman 🙂

One thought on “89 mois – Caroline Michel

Laisser un commentaire