Loin de Berkley Hall – Coralie Khong-Pascaud

Ma copine Coralie du blog La Bulle de Coco a écrit un livre ! Enfin, elle a écrit un livre … et l’a publié en auto-édition ! Et même que c’est un super chouette livre. (fin de la critique)

(nan j’déconne ^^)

khong_pascaud_loin_de_berkley_hall

L’histoire

Angleterre, 1911
Alors que sa sœur cadette s’apprête à faire son entrée dans la bonne société à l’occasion du bal des débutantes, Lady Catherine Davenport sème le trouble sur le domaine familial de Berkley Hall en refusant de se marier.
Éprise de liberté et de reconnaissance, Lady Catherine se rapproche de Lydia, une femme de chambre au caractère bien trempé et qui a du mal à supporter sa condition de domestique. Ensemble, elles vont décider d’un tout autre chemin…

Quelques confidences …

Avant de vous parler de son livre, je voudrais faire un petit flashback (installez-vous bien, je ne sais pas d’avance la longueur de cet article ^^) (mais promis, je vais essayer de faire court !).

Je ne saurais plus vous dire quand ni comment @labulledecoco est arrivée dans mon fil Twitter. Ce dont je suis sûre c’est qu’elle s’est vite démarquée par ses avis et sa façon d’écrire que j’aimais beaucoup. L’an dernier, elle avait d’ailleurs organisé un concours lors duquel j’avais eu la chance de remporter un livre. Je crois d’ailleurs que c’est à partir de là que nous avons commencé à échanger régulièrement des tweets.

Puis nous avons papoté d’avantage. Au début, je l’ai surtout “utilisée” pour avoir des réponses à certaines questions professionnelles que je me posais. Puis très vite, la conversation a dévié et nous avons parlé de tout, de rien … et de bouquins. Et de cette envie d’écrire qui la tiraillait tout comme elle me tiraille souvent.

Alors on a échangé, on a essayé de se motiver, jusqu’au jour où elle m’a dit “Ça y est, j’entame un projet !”. A partir de ce moment là, j’ai compris que Coralie, c’était 50% de motivation et 50% de détermination.

Quelques semaines plus tard, elle m’a dit “J’arrête le projet 1 pour me mettre sur un nouveau projet”. Elle ne voulait pas m’en dire plus bien que j’ai essayé de la cuisiner :D. Les jours ont passés, les semaines également, je la sentais à 100% dans ce “projet 2”. Toujours aussi déterminée, réussissant à se motiver malgré les (quelques) doutes qui l’habitaient parfois. Et toujours un peu trop silencieuse à mon goût sur ce fameux projet 2 (oui, je suis curieuse ^^).

C’est à mon retour d’Irlande qu’elle m’a tout avoué. La date finale était passée, elle avait terminé et son manuscrit était entre les mains des Editions Charleston pour le concours inspiré de Downton Abbey. Celle-là, je dois avouer que je ne m’y attendais pas ! Mais j’étais persuadée qu’elle allait tout déchirer !

Avec beaucoup moins de stress qu’elle (mais un peu quand même), j’ai attendu de connaître les résultats. Elle m’a envoyé un message privé sur Twitter : “2ème place”. Je savais qu’elle avait du talent, je le savais !

Depuis ce message, j’ai attendu, fébrile, impatiente et pleine d’excitation la publication du roman chez Librinova. Vous vous doutez bien que lorsqu’elle m’a dit que le roman était en vente sur la librairie, je n’ai pas réfléchi. J’ai cliqué. Ajouté au panier. Payé. Et souri. J’allais enfin découvrir son roman “Loin de Berkley Hall”…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à le dire (ou à l’écrire ^^) haut et fort : mon avis est totalement objectif. J’ai aimé le roman. Non pas parce que c’est ma copine qui l’a écrit mais parce qu’il est bon, très bon ! Si je n’avais pas aimé, ou si je l’avais trouvé “bien” et seulement “bien”, je l’aurais dit.

Les premières pages nous présentent Lady Catherine et Lydia, sa femme de chambre, dans les années 1911 prêtent à prendre leur vie en main et à réaliser leurs rêves, ou du moins, à s’épanouir vraiment.

Lady Catherine n’est pas femme à espérer un mariage. Elle veut être indépendante. Sauf qu’autour d’elle, son père, sa mère, sa petite soeur ainsi que son petit frère se demandent quand elle cessera d’être la célibataire de la famille.

Lydia quand à elle, est une femme de chambre qui n’aime pas sa condition. Ce travail elle l’a accepté parce qu’elle ne pouvait pas faire autrement, mais au fond d’elle-même, elle a des envies bien plus ambitieuses.

Dans l’univers de Berkley Hall, on rencontre les gens d’en haut, les privilèges … et les coups durs auxquels ils doivent faire face. On fait aussi la connaissance des gens d’en bas, majordome, cuisinière, femme de chambre … ces personnages indispensables à qui on demande pourtant d’être invisibles.

Mais qu’ils soient “d’en haut” ou “d’en bas”, chaque personnage est entier. Si j’ai adoré Lady Catherine et Lydia, chacun des autres personnages m’a touché et a provoqué chez moi une émotion propre : sensibilité, amusement, gaieté, irritation … Coralie a su doter chaque personnage d’une personnalité complète et définie à laquelle on peut facilement s’attacher.

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, j’ai aimé ce point de vue de l’indépendance et la mise en avant des différences qui existaient entre les deux mondes au début des années 1900. Les événements sont parfaitement dosés et maîtrisés. Il y a de l’émotion, du suspense, du plaisir, du questionnement. A travers ce roman, Coralie a su intégrer les questions sociales de l’époque avec intelligence sans omettre la personnalité des personnages qu’elle avait créés.

“Loin de Berkley Hall” avait pour but de s’inspirer de l’univers de la série Downton Abbey. Le pari est gagné. Tout au long de l’histoire, j’ai retrouvé cette ambiance que j’avais tant apprécié dans la série. A cela s’ajoute le talent de Coralie. Une plume légère et agréable qui nous emporte avec plaisir et légèreté dans un monde où le “qu’en dira-t-on” est souvent le plus important. Loin des romances historiques que j’ai tendance à fuir, “Loin de Berkley Hall” est un roman historique que je vous recommande pour l’été !

note_5_5

Loin de Berkley Hall de Coralie Khond-Pascaud, Librinova, 2,99€

Laisser un commentaire