Les devoirs de vacances – Adèle Bréau

Après « La cour des grandes » et « Jeux de garçons »,
« Les devoirs de vacances » est le dernier roman de la trilogie écrite par Adèle Bréau !
L’occasion de retrouver des personnes émouvants … et tourmentés par la quarantaine et la vie qui passe.

Les devoirs de vacances - Adèle Bréau - JC Lattes

L’histoire

Mathilde, Alice, Lucie et Eva ont traversé les tempêtes de l’année scolaire écoulée avec courage et passion. De leur côté, Christophe, Max, Jacques, Fred, Vincent et Adrien ont fait leur mue, subi ou décidé de grands changements qui ont bouleversé leur vie. Finalement, tous semblent avoir recouvré un équilibre professionnel et amoureux. Les vacances tombent à point, elles viendront fermer la parenthèse de la crise que notre petite bande de pré-quarantenaires a dû affronter. Et pourtant… Alors que tous se réjouissent de ces congés ensoleillés partagés dans une immense bâtisse bretonne, ponctués de joyeuses parties de pêche, d’après-midis à somnoler sur les plages de sable fin pendant que les enfants s’amusent, de soirées à refaire le monde sous le ciel étoilé de cet été tant attendu, la mort subite de l’un d’entre eux va venir bouleverser ce bel équilibre retrouvé.

Mon avis

J’attendais avec impatience ce troisième et dernier tome des aventures écrites par Adèle Bréau. Car l’an dernier j’avais dévoré « La cour des grandes », puis aimé « Les jeux de garçons » qui m’avait laissé sur une fin, mais une fin ! J’avais donc très très hâte de me plonger dans le troisième « épisode » de cette « saga amicale ».

Sorti au mois de juin dernier, j’ai du attendre un peu avant de l’acheter. Mais entre l’achat et la lecture, il ne s’est pas passé beaucoup de temps … Et c’est au bord d’une piscine, dans un hôtel où je profitais d’un week-end aux airs de vacances que j’ai tourné la première page de cette dernière histoire.

Le début m’a semblé long. Car dans «Les jeux de garçons », Adèle Bréau nous avait laissé sur un rebondissement d’envergure, qui présageait un été assez sombre. J’attendais donc ce moment. Mais les premiers chapitres ont été consacrés à « l’avant-drame ».

On retrouve donc tous les personnages que l’on avait suivi dans les premiers tomes : Mathilde, Alice, Lucie, Eva. Ainsi que leurs maris, ex-maris, conjoins, amants respectifs et j’en passe ^^. A ce moment là, j’ai eu un peu de mal. Une difficulté à me souvenir de qui était qui, qui était avec qui, qui avait été avec qui, qui n’était plus avec qui … Beaucoup de personnages donc et beaucoup de relations.

Autant j’avais enchainé les 2 premiers tomes, ce qui ne m’avait pas posé de soucis vu que les souvenirs étaient frais dans ma tête, autant reprendre la lecture un an plus tard m’a perturbée. Et tout au long du roman, j’ai eu du mal à re-situer les personnages et donc à entrer dans le livre, l’histoire et à ressentir cette sympathie que j’avais éprouvée l’an dernier pour les personnes.

De plus, le premier tome était écrit du point de vue des femmes. Le second du point de vue des hommes. Dans ce troisième tome, tous les points de vue se mélangent. Ce qui pourrait être positif, mais qui au final, de mon côté a desservi la compréhension et la fluidité de l’histoire.

Les thèmes sont toujours bien traités : les amours, l’amitié, les relations tendues entre les ex, les enfants, la difficulté du quotidien, le deuil aussi, la vie qui passe, la vie qui change … Autant de thèmes qui se chevauchent et s’entremêlent comme dans nos vies actuelles. Tout cela dans un contexte « estival » qui rend malgré tout les décisions et les actes plus légers, du moins en apparence.

J’ai cependant eu un petit sentiment de « pas assez » ou de « trop fouilli ». Vu qu’il y a de nombreux personnages, on passe parfois à côté d’événements ou de sentiments qui auraient pu être approfondis. De même que, pour certains événements, j’attendais une réponse qui n’est pas venue, comme si elle s’était perdue dans la multitude de situations vécues.

« Les devoirs de vacances » met un point final à la trilogie écrite par Adèle Bréau. On a découvert des femmes, des hommes. On a vécu avec eux. On a ri avec eux. Tremblé. Sourit. Aimé. Eté attendri. On a eu peur aussi. Et on les a vu changer. Grandir. Evoluer. Oser. S’ouvrir à la vie. S’ouvrir à eux même. Une trilogie qui évoque avec pertinence les envies et besoins d’une bande d’amis, femmes et hommes, dans la tourmente d’un quotidien bien difficile à gérer.

NOTE 3/5

Les devoirs de vacances d’Adèle Béau, Editions JC Lattes, 350 pages, 20€

2 thoughts on “Les devoirs de vacances – Adèle Bréau

    1. Oui, j’ai aimé La Cour des grandes moi aussi.
      Jeux de garçons, j’ai aimé mais sans plus …
      Et Les devoirs de vacances, j’ai aimé mais je crois que j’aurais pu m’arrêter au premier finalement …
      Une lecture agréable malgré tout mais pas un coup de coeur 🙂

Laisser un commentaire