N’oublier jamais – Michel Bussi

Avec « N’oublier jamais », Michel Bussi signe (selon moi) son meilleur roman et son meilleur polar. Une histoire de fou, un dénouement de dingue … et un roman envoutant qu’on ne peut lâcher avant la fin !

N'oublier jamais - Michel Bussi - Pocket

L’histoire

À Yport, parti courir sur la plus haute falaise d’Europe, Jamal a d’abord remarqué l’écharpe, rouge, accrochée à une clôture. Puis la femme, incroyablement belle, la robe déchirée, le dos face au vide, les yeux rivés aux siens. Jamal lui tend l’écharpe comme on tend une bouée.
Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, gît le corps inerte de l’inconnue. À son cou, l’écharpe rouge.
Tout le monde pense qu’il l’a poussée. Il voulait simplement la sauver.
C’est la version de Jamal. Le croyez-vous ?

Mon avis

Il y a quelques jours (ok … plusieurs mois ^^), une lectrice (Nadège pour ne pas la citer :D) m’a dit « Si tu aimes Bussi, il faut absolument que tu lises « N’oublier jamais ». Il est génial, et jamais tu ne pourras découvrir la fin avant … la fin ». Je ne suis plus sûre que les paroles soient exactes, mais le contenu est là.

J’ai donc acheté « N’oublier jamais » et je l’ai un peu oublié dans ma biblio. Jusqu’à cet été.

J’ai ouvert le livre. Lu la première page. La deuxième. La troisième. Et je n’ai pas réussi à m’arrêter.

Dès le début, on est embarqués dans une histoire de dingue. Un suicide. A moins que ça ne soit un meurtre. Le suspect (qui a tout du coupable) est là, devant nous, il nous parle, se présente et nous assure de son innocence. Nous mettant même au défi : celui de le croire. De lui faire confiance.

En moins de 3 minutes, j’avais embarqué. Je ne pouvais plus décrocher le bouquin.

Je commence à connaître le style de Michel Bussi, donc j’ai lu les premières pages en faisant attention aux détails, en prenant en compte chaque fait, chaque date, chaque élément. Une intrigue qui finalement s’organise en trois temps : en 2004, en 2014 au début de l’année, et en 2014 à l’été.

Bien entendu, chaque élément écrit par Michel Bussi n’est pas donné au lecteur au hasard. On sait que tout va s’enchaîner, mais comment ? C’est là que tout commence.

Alors que tout accable notre homme, Jalal, un arabe à qui il manque une jambe, on doute. On a envie de le croire ce Jalal qui nous raconte que non, ce n’est pas lui. Pourtant, on doute. Les preuves sont là. Les faits sont là. Mais il semble tellement sincère …

Et puis, les éléments présentés se bousculent. On sent que quelque chose ne tourne pas rond. On voit qu’il y a des incohérences. Comme souvent dans ses romans, Bussi laisse quelques indices. Certains sont « gros », d’autres subtils et nous échappent …

Le style de Michel Bussi est prenant. Dynamique. Rien n’est laissé au hasard. Tout s’enchaîne. J’ai même envie de dire que le crime est parfait. Ou presque.

Le dénouement de l’histoire arrive avec justesse et harmonie. Une fin qui nous fait tomber de haut. Comme cette jeune fille qui s’est suicidée du haut de la falaise. Ou que Jalal a poussé, on ne sait pas trop.

Avec « N’oublier jamais », Michel Bussi signe, selon moi, son meilleur polar. Ce roman m’a coupé le souffle. Avec sa plume qui se dévore d’une traite, avec ce suspense qui nous oblige à lire sans nous arrêter, avec son imagination qui nous entraîne là où on n’aurait jamais cru aller, Michel Bussi démontre tout son talent.

Michel Bussi est un auteur que j’aimais beaucoup et que je respectais avant de lire ce livre. Après avoir lu « N’oublier jamais », il est passé au statut de « maître que je vénère » ! (oui … rien que ça ^^)

NOTE 5/5

Lecture Coup de Coeur !

N’oublier jamais de Michel Bussi, Editions Pocket, 544 pages, 7,80€

Laisser un commentaire