L’année du flamant rose – Anne de Kinkelin

L’année du flamant rose d’Anne de Kinkelin c’est d’abord une couverture aussi attirante qu’intriguante ! Puis une histoire, entre sensibilité et prise de conscience. Un roman finaliste du Prix du Livre Romantique organisé par les Editions Charleston, que je remercie pour l’envoi !

L’année du flamant rose – Anne de Kinkelin – Editions Charleston

L’histoire

Louise, Ethel, Caroline. Trois amies, joyeuses mais solitaires, partagent tout, leurs peines et leurs bonheurs, leur passion aussi pour les belles choses. Toutes trois sont des créatrices, des faiseuses de rêves, dans leurs ateliers qui se font face dans un passage parisien.
 
Louise, joaillière, crée des bijoux qui réjouissent le coeur et les yeux. Ethel, corsetière, réveille les sentiments et les sens des amoureuses éperdues (et des autres). Caroline, relieuse, redonne vie aux livres anciens, tout en rêvant la sienne. Toutes trois, passionnées, sont amoureuses de l’amour, mais celui-ci leur semble inatteignable…
 
Le jour où Louise s’entiche d’un flamant rose empaillé, superbe et quelque peu étrange, qu’elle installe dans son atelier, son regard sur la vie semble changer. Après sa rupture, elle est face à un défi : se relever, tenir debout, comme le flamant sur une patte, pour sa petite fille, Rose, malgré sa fragilité et les obstacles.
Cette année, les trois femmes sauront-elles trouver la force de se reconstruire ?

Mon avis

Lorsque j’ai lu le résumé, j’ai tout de suite pensé au roman « La cour des grandes » d’Adèle Bréau. Trois femmes d’une quarantaine d’années, une histoire d’amitié qui les lie, des déboires amoureux, une direction à prendre, des choix à faire, et le besoin de se re-découvrir pour continuer sa route.

Finalement, la lecture m’a amené très loin de l’univers d’Adèle Bréau, et j’ai été contente de découvrir une toute autre histoire. Une sensibilité différente, une approche à laquelle je ne m’attendais pas, un roman ponctué de délicatesse, de prise de conscience, d’amour et d’amitié.

Car c’est avant tout le cœur de « L’année du Flamant Rose » : l’amitié. Mais pour une fois, et c’est ce que j’ai aimé dans ce roman d’Anne de Kinkelin, c’est que l’amitié n’est pas toute rose. Si les rapports sont forts, ils peuvent parfois se briser, laisser des traces, ou en tout cas emprunter de mauvais chemins. L’amitié peut parfois réunir, mais elle peut aussi parfois éloigner, surtout quand chaque amie raisonne comme elle aimerait qu’on le fasse pour elle. Un égoïsme qui est plus fréquent, mais pas forcément méchant, mais j’ai aimé qu’Anne de Kinkelin le mette en avant.

Au fil des chapitres, l’histoire se déroule. On découvre petit à petit Louise, Ethel et Caroline. Et ce flamant rose. Avec ses pouvoirs, son air qui intrigue, sa présence qui rassure presque. Ou en tout cas qui apporte quelque chose, comme si ce flamant rose était magique.

Si j’ai lu ce roman tranquillement, je n’ai pas ressenti cette volonté de le dévorer pour en connaitre la fin. Le rythme est lent (je n’ai pas dit long) mais correspond au roman et à l’histoire. Une histoire faite d’amitié, de sensibilité, de personnalité, de difficultés que j’ai aimé découvrir.

NOTE 3/5

L’année du flamant rose d’Anne de Kinkelin, Editions Charleston, 208 pages, 18 €

5 thoughts on “L’année du flamant rose – Anne de Kinkelin

  1. Le titre m’a intrigué surtout après l’avoir vu à peu près partout. Mais du coup si tu parles d’une lecture lente, j’avoue que je ne sais pas quoi penser. J’ai peur de m’ennuyer mais en même temps ce que tu décris m’a l’air plutôt réaliste et change des histoires d’amitié toute rose. Rhhaaa dilemme !

    1. Oui j’ai trouvé qu’il y avait un côté différent aux amitié parfois un peu trop jolies.
      Ça peut aussi être un livre à lire au printemps / été en mode relax / cocooning / repos sans stress 🙂
      Et c’est un livre assez court (200 pages) (ça jour beaucoup parfois !!) !

Laisser un commentaire