Songe à la douceur – Clémentine Beauvais

Songe à la douceur - Clémentine Beauvais - Editions Sarbacane

L’histoire

Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ?

Songe à la douceur , c’est l’histoire de ces deux histoires d’un amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans à ce moment-là d’une vie peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie.

Fiche livre – Editions Sarbacane

Mon avis

J’ai souvent dit que je n’aimais pas la littérature jeunesse / young adult. Mais ça c’était vrai en 2015. Parce que 2016 a changé pas mal de choses et c’est donc avec « Songe à la douceur » que j’ai choisi de débuter 2017. J’avais aimé « Les petites reines » de Clémentine Beauvais. J’avais entendu parler de son nouveau roman. M’en suis voulue de l’avoir loupée lors de sa conférence chez Mollat. Et puis finalement, à lire les avis, je n’ai plus eu qu’une seule obsession : le lire ! Et c’est avec un grand sourire que j’ai découvert ce livre au petit matin du 25 décembre sous le sapin.

Je me suis calée sous un plaid, dans la tranquillité. A défaut d’une cheminée, une bouillotte pour me réchauffer et une Ceryse ronronnante et frémissante de rêves sur les genoux. J’ai ouvert, avec un peu d’appréhension le livre. Ai relu deux fois la première page, ait eu un soupçon de peur. A la deuxième lecture, j’ai réussi à appréhender le ton si particulier au roman. Quand j’ai tourné la page, c’est avec une petite musique de fond que dans ma tête j’ai lu et découvert le talent et les mots de Clémentine Beauvais. Plusieurs fois, dans le roman, je me suis laissée à relire quelques passages. Juste pour leur beauté, juste pour les réimprimer, pas parce que je ne les comprenais pas. Je ne dirais pas qu’ils m’habitaient, mais en tout cas, ils me subjuguaient.

Si on découvre l’amour destructeur, l’amour qui rapproche, l’amour qui renforce, mais aussi ceux qui éloigne, il n’en reste pas moins que « Songe à la douceur » parle de l’amour avec une poésie particulière, émouvante et touchante.

Mais attention, ce n’est pas pour autant que l’on passe à côté de l’histoire, à côté des ces âmes qui se sont rencontrées à l’adolescence, qui se retrouvent par hasard dix ans plus tard. Ces deux âmes qui, enfin, se parlent, communiquent. Sont-elles pour autant sur la même longueur d’ondes ? Ce n’est finalement pas ce que l’on attend de savoir tellement la plume de Clémentine Beauvais nous entraine dans l’instant présent et dans la beauté, pure, de l’amour.

« Songe à la douceur » n’est pas un simple livre. C’est un voyage. Un voyage en poésie, un voyage dans l’adolescence, un voyage dans la vie adulte. Un voyage entre hier et aujourd’hui, un voyage qui rime avec le temps qui passe. Avec en fond, l’amour, qui jamais ne s’égare, jamais ne se sépare. L’amour qui est éternel et beau, rempli de douceur. Une jolie claque pour débuter cette année !

NOTE 5/5

Lecture Coup de Coeur !

Songe à la douceur de Clémentine Beauvais, Editions Sarbacane, 240 pages, 15,50 €

6 thoughts on “Songe à la douceur – Clémentine Beauvais

    1. Je suis comme toi, je ne suis pas très jeunesse … Mais en même temps, je crois que cette catégorie ne reflète pas vraiment l’ambiance du livre ! Je ne peux que t’encourager à le lire 🙂

Laisser un commentaire