Patients – Grand Corps Malade

S’il m’arrive d’aller au cinéma voir des adaptations de livres que j’ai lu, la réciproque est beaucoup moins vraie. Je suis déjà allée au ciné voir des livres tirés/adaptés d’œuvres littéraires, mais je crois que jamais je n’ai lu un livre après avoir vu le film dont il était tiré. Bref, tout ça pour vous dire qu’il y a quelques semaines, je suis allée voir « Patients ». Et le lendemain, j’ai lu le livre dont le film était adapté :D.

Patients - Grand Corps Malade - Editions Points Patients - Affiche du film

L’histoire

À tout juste 20 ans, alors qu’il chahute avec des amis, Fabien heurte le fond d’une piscine. Les médecins diagnostiquent une probable paralysie à vie. Dans le style poétique drôle et incisif qu’on lui connaît, Grand Corps malade relate les péripéties vécues avec ses colocataires d’infortune dans un centre de rééducation. Jonglant avec émotion et dérision, ce récit est aussi celui d’une renaissance.

Grand Corps Malade, de son vrai nom Fabien Marsaud, est né en 1977, sous le soleil de la Seine-Saint-Denis. Enfant, il veut devenir prof de sport. Mais la vie lui réserve un autre destin. Armé d’une béquille et d’un stylo, il se lance dans la musique : en 2006, son premier album, Midi 20, se vend à plus de 600 000 exemplaires et l’artiste est primé deux fois aux Victoires de la musique.

« Grand Corps Malade réussit la prouesse de décrire l’horreur absolue en y ajoutant des touches d’humour et de jubilatoires formules poétiques. »

Patients – Grand Corps Malade – Editions Points

Mon avis

Il faut savoir que j’ai toujours été attiré par le milieu médical et hospitalier. A tel point que petite, je rêvais d’être médecin. Les malaises à la vue du sang et autres cicatrices (même invisibles) m’ont vite décidé à choisir une autre voie. Et c’est vrai qu’encore aujourd’hui, malgré mon côté « fragile », les livres et films qui abordent la maladie ou le milieu médical m’attirent.

Je me doutais que le film ne serait pas « violent physiquement » mais rempli d’espoir, malgré la difficulté des épreuves subies. Alors, bien sûr, c’est un film, on a toujours cette idée de scénario imaginé. Sauf que là, on sait que c’est tiré d’un fait réel … Je ne suis pas là pour vous parler du film, mais je l’ai trouvé très chouette, doux et léger, contrairement au thème. Des scènes font sourire, d’autres font rire. Et pourtant, on a l’impression de relativiser comme si c’était nous qui étions dans le cas de ces para/tétraplégiques. Et quand un événement plus difficile qu’un autre intervient, on le prend comme eux. Parce qu’en fait, il n’y a pas 36 choix.

Le film est très fidèle au livre. Et pourtant, je n’ai pas eu l’impression de voir le film une seconde fois. Certaines situations qui sont montrées dans le film sont expliquées par des mots. De même que certains sentiments et ressentis sont posés noir sur blanc, ce qui nous permet d’entrer davantage dans la tête de « Grand Corps Malade ».

La plume agréable et légère de Grand Corps Malade permet d’avancer avec douceur et légèreté dans ce monde de douleur et de dureté. Parce qu’en fait, les situations ne font pas rêver. A travers son discours, ses paroles, Grand Corps Malade remet des idées à leur place. Il explique, il partage, il fait part de son expérience. Il offre son histoire avec beaucoup d’espoir. Et je crois que cet espoir qu’on ressent tout au long du livre est également le fruit de sa popularité. On sait qui il est, on l’a déjà vu physiquement, ne serait-ce qu’à la télé. Son handicap se voit, et pourtant, il est debout. Stable. Alors forcément, quand on lit les premières pages, quand on avance avec lui, on sait qu’il y aura un « happy end » pour lui.

Je ne sais pas si la force et le courage s’apprennent mais visiblement, il faut apprendre la patience pour avancer.

« Patients » est un livre fort. Il est émouvant et touchant et en même temps, il est agréable et léger à lire. Le contraire de ce à quoi on pourrait s’attendre avec un livre qui traite d’accident, de para/tétraplégie, de rééducation, d’hôpital. Sans porter une leçon de morale, ce livre fait réfléchir sur soi, sur nos petites douleurs, nos petites plaintes et ces petites phrases qu’on prononce parfois mais qui, pour certains, n’ont pas le même sens. C’est un livre empli de finesse et d’espoir que je vous recommande. La vision de la vie et le courage de ces hommes et ces femmes (parce qu’ils n’est pas question uniquement de Grand Corps Malade dans ce livre) valent vraiment le détour.

NOTE 5/5

Patients de Grand Corps Malade, Editions Points, 168 pages, 5,90€

One thought on “Patients – Grand Corps Malade

Laisser un commentaire