Quand on a que l’humour – Amélie Antoine

« Quand on a que l’humour » est le second roman d’Amélie Antoine. Un roman que j’ai eu le plaisir de découvrir grâce, une nouvelle fois, à la plateforme NetGalley.fr et aux Editions Michel Lafon.

Quand on a que l'humour ... - Amélie Antoine - Editions Michel Lafon

L’histoire

C’est l’histoire d’un humoriste en pleine gloire, adulé de tous, mais qui pense ne pas le mériter.
Un homme que tout le monde envie et admire, mais que personne ne connaît vraiment.
Un homme blessé qui s’est accroché au rire comme on se cramponne à une bouée de sauvetage.
C’est aussi l’histoire d’un garçon qui aurait voulu un père plus présent.
Un garçon qui a grandi dans l’attente et l’incompréhension.
Un garçon qui a laissé la colère et le ressentiment le dévorer.

C’est une histoire de paillettes et de célébrité, mais, surtout, l’histoire d’un père et d’un fils à qui il aura fallu plus d’une vie pour se trouver.

Quand on a que l’humour – Amélie Antoine – Editions Michel Lafon

Mon avis

Il parait que les artistes sont les plus vulnérables. Les plus sensibles. Les plus difficiles. Edouard Bresson est de ces artistes.

Le roman d’Amélie Antoine se décompose en deux parties. Une première partie, que j’ai trouvé quasiment magistrale où le passé et le présent se rassemble petit à petit. Une première partie où le suspense, où l’émotion est là. Une première partie dont on attend beaucoup sans vraiment savoir où elle va nous mener. Une première partie dont l’écriture m’a séduite, de par le style et de par la forme aussi.

La seconde partie change du tout au tout. Une rupture poignante et émouvante qui renforce la puissance du roman tel qu’on l’avait abordé.

Edouard Bresson, l’humoriste adulé et aimé de tous, n’a pas eu une enfance de rêve. C’est cette enfant qu’il nous raconte, mettant en parallèle son apogée, son moment de gloire, le plus gros succès de sa carrière. Il nous raconte tout, il n’omet rien. Il parle de ses sentiments, il parle de ses peurs, il évoque ses doutes, ses rencontres, ses espoirs et enfin la gloire qui arrive. Mais qui peut-être, n’est pas vraiment celle qu’il cherchait.

La gloire d’un homme peut-t-elle lui permettre d’oublier qui il est ? Qui il a été ? La gloire d’un homme peut-elle lui faire oublier les pires heures de son existence ? La gloire d’un homme peut-elle le rapprocher de sa famille, de ceux dont lui s’est éloigné, volontairement ou non ?

Si dans un premier temps, on fait la rencontre d’Edouard et on découvre sa vie, dans un deuxième temps, on apprend à vraiment le connaitre. Vous savez, on dit souvent qu’il faut savoir lire entre les lignes pour vraiment connaître quelqu’un. Eh beh, c’est exactement ça qu’a fait Amélie Antoine. Elle a raconté une histoire et ensuite, elle a raconté la même histoire, mais en pointant sur les petits détails qui ont tout changé. Ceux qui ont marqué. Ceux qui ont fait qu’Edouard Bresson était vraiment Edouard Bresson. Ceux qui expliquent véritablement son histoire.

« Quand on a que l’humour » est un double roman écrit avec force et fragilité. Un roman puissant qui se décompose et se recompose. Un roman émouvant dans lequel le lecteur avance à tâtons. Un roman éprouvant qui met en lumière la souffrance d’un humain. Un roman orchestré avec talent et finesse qui m’a beaucoup marquée !

NOTE 4/5

Quand on a que l’humour d’Amélie Antoine, Editions Michel Lafon, 424 pages, 18,95€

Laisser un commentaire