Il était une fois … le mois de juin

Juillet et le soleil viennent (enfin) de pointer le bout de leur nez et il est l’heure pour moi de faire le bilan d’un mois de juin plutôt animé et qui marque un tournant dans ma vie.

Oui, aujourd’hui sur le blog je vais vous parler un peu plus de moi que des livres, mais vous verrez, au final, c’est un peu pareil. Et ça permettra d’expliquer un peu mon absence :).

Je savais que le mois de juin ne serait pas de tout repos. Et je peux vous avouer que c’est même carrément un marathon que j’ai couru !!

1er juin

Comme le mois de juin commence le 1er (le scoop !!), mon marathon aussi a commencé le 1er juin.

Après plusieurs mois de dur labeur (environ 1h30 chaque jeudi soir en fait), mes 7 camarades danseurs amateurs et moi même sommes montés, vêtus de noir et de paillettes, sur une petite scène pour une représentation de danse. Rien de très intéressant me direz vous ? Et pourtant !

Ce cours je l’avais déjà suivi l’an dernier. Une équipe réduite (nous étions 3 pour la représentation finale) mais un plaisir maximum. J’avais rencontré des gens motivés, sympas, pris plaisir à échanger, rire avec eux. Et c’est avec un grand plaisir que je les ai retrouvés cette année, plus motivés que jamais.

Et ils n’étaient pas les seuls motivés. Résultat, ce 1er juin nous étions 8 (6 filles / 2 garçons) à nous présenter devant une foule (presque) en délire.

L’ambiance qui s’est dégagée de cette année me correspondait en tout point : amitié, sincérité, amusement, rigueur, générosité, apprentissage. De quoi avoir une bonne bouffée d’air frais tous les jeudis soirs, et se motiver à sortir de chez soi même s’il neigeait ou pleuvait !

14 juin

Au terme de 3 ans et 9 mois de bons et loyaux services (4 ans et 3 mois si on compte le stage de fin d’étude), ma vie a pris un nouveau tournant. Professionnel cette fois.

Alors que la crise se faisait sentir, que les missions devenaient moins intéressantes, il a été décidé conjointement avec les responsables de mon entreprise de nous dire « Adieu ». Alors Adieu pas tout à fait car je dois reconnaître que je ne serais pas celle que je suis aujourd’hui sans eux (enfin, je l’espère) et que j’espère bien rester en contact avec eux.

C’était en mars 2009. Je venais pour un stage de 6 mois. Pour créer un département (à moi toute seule OK, mais ça fait classe) « Communication ». Après 4 ans d’études, c’était un gros challenge pour moi. Et pendant plusieurs mois / années, j’ai relevé ce défi.

Apprenant le monde de l’entreprise, apprenant les convenances entre collègues, nouant des liens et des affinités, apporté une touche de jeunesse et de féminité dans une boite d’informatique (glamour je vous l’assure !), j’ai partagé ce quotidien qui m’a fait grandir, mûrir, qui m’a permis d’avoir un regard nouveau sur la vie. Et surtout cela m’a permis et appris à être indépendante, (presque) adulte.

Alors, aujourd’hui, je me retrouve un peu livrée à moi même et pour être honnête, ça fait un peu peur. Finalement les journées passent très vite, les projets avancent peu et la crainte de l’avenir se fait sentir.

Parce qu’on est dans une période de crise, que l’emploi a le moral en berne, que les départements communication font grise mine … je ne sais pas de quoi mon avenir sera fait.

L’idée est donc venue de s’éloigner de Paris et de son air pollué. Et pourquoi pas Bordeaux ? C’est beau Bordeaux.

Me voilà donc passée de « jeune cadre dynamique parisienne » à « jeune chômeuse parisienne ». Et qu’il est difficile d’être dynamique quand d’un coup vous n’avez plus vraiment de vie sociale et plus de projet clairement défini pour la « société ».

Je m’excuse, le moral n’est pas forcément au rose fluo en ce moment, même si j’ai confiance en moi et en ma capacité à rebondir, il faut que je trouve ma place dans ce nouveau système et que je me cale sur un nouveau rythme. Et surtout que je retrouve un boulot rapidement pour vous refaire des articles pleins de joie et de gaieté !!

Bref, continuons ce marathon …

16 juin

Ah … la vraie phase « marathon ». Enfin, quand je dis marathon, je veux dire mini-marathon. Comme je vous en avais déjà parlé, j’ai participé à la Course des Héros qui a eu lieu au Parc de Saint Cloud.

Tout d’abord projet personnel, cette course est devenue un projet d’amitié.
Parce qu’en présentant mes motivations à mes ami(e)s et ma famille, une petite voix s’est élevée. C’était celle de Sophie qui me disait « oooh tu me prends dans ton équipe, moi aussi je veux courir ».

Alors Sophie s’est inscrite et à nous deux, nous sommes devenues, conformément à La Course des Héros et au concours de déguisement sur le thème « Les deux font la paire » : Les Miss DuponSS’.

Combishort rouge et blanc – chapeau melon – cane – moustache … nous étions parées pour passer une très bonne journée aux côtés et pour de l’association Theodora.

Et je peux vous dire qu’on s’est régalées !
On a partagé un moment de complicité, autant entre nous qu’avec les quelques 4 000 autres participants, qu’avec les gens de l’association Theodora …
On est arrivées au bout des 6 km (mini le marathon j’ai dit) fatiguées mais tellement heureuses !

Pour retrouver la « préparation » de cette course, c’est ici.

24 juin

Une arrivée en apothéose !!

Je vous rassure, c’est presque la fin du marathon (et de l’article).
Ceux qui me suivent sur Twitter connaissent mon occupation du mercredi soir. Chaque semaine, de 19h à 21h, je rejoignais un autre groupe d’amateur pour préparer une toute autre représentation.

Armés de skecths de Devos, nous étions 11 à proposer à un public (toujours presque en délire) près d’1h30 de spectacle de rire.

Pendant plus de 9 mois, et encore plus ces 2 derniers mois, notre engagement a été total !!

Entre 1 à 4 répétitions par semaine, que ce soit en extérieur (au Parc Monceau pour ne pas le citer) ou chez les uns et les autres, à cause des caprices de la météo, nous avons formé un groupe assez soudé.

Je n’avais jamais fait de théâtre avant cette année et je me suis jetée dans ce bain en septembre dernier. Et quelle joie ! Quel plaisir ! Quelle émotion au terme de cette année !

J’ai découvert plus qu’un art … j’ai fait de très belles rencontres (mais je reviendrais là dessus plus tard), j’ai appris beaucoup sur les autres et encore plus sur moi, j’ai surmonté certaines difficultés, me suis engagée dans une nouvelle dynamique de groupe.

En bref, je me suis régalée.

Et la lecture dans tout ça ?

Ah bah nous y voilà !!
La lecture dans tout ça ?

Je dois vous avouer qu’entre les nombreuses répétitions de théâtre, la préparation physique de la course, la vie tout simplement, le mois de juin est passé à une vitesse folle !

Pour être honnête en 1 mois, je n’ai lu que … 3 livres il me semble.
Plongée dans les textes de Devos, dans les blogs de running, dans les offres d’emploi … j’ai un peu délaissé ma présence ici.

Et pour le mois de juillet ?

Ah bah, avec tout le retard que j’ai pris, je vais en avoir des choses à raconter au mois de juillet.

Viendront donc, en priorité, des articles sur les livres suivants :
Poppy Wyatt est un sacré numéro de Sophie KINSELLA
Dress Code et Petits Secrets de Marianne LEVY
Péché mignon de Donna KAUFFMAN (T3 de la saga Cupcake Club)

Mais également des articles en tout genre sur :
– le running (ma nouvelle passion)
– la lecture (ma passion depuis à peu près toujours)
– le cinéma (parce que j’ai un peu de temps pour aller au ciné …)
– la vie en général
– Paris
– Et puis sur tout ce qui risque de me passer par la tête !

Tout ça pour ça ?

Bon OK, cet article était peut-être un peu (beaucoup ?) inutile – sans intérêt (rayer la mention inutile), mais j’avais juste envie et besoin d’écrire sur mon ressenti sur ce mois de juin, de voir ce dont j’avais été acceptable, de voir que j’avais tenu sur la durée, de me souvenir des émotions que chaque événement a provoqué en moi …

Et puis, j’avais aussi un peu envie de partager tout ça avec vous !

Promis, je vous prépare plein de choses nouvelles dans les jours / semaines / mois à venir !!

Vous êtes prévenus 😉

One thought on “Il était une fois … le mois de juin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.